Rodez : à Saint-Jo, "Papy" est venu découvrir les rois de l’impro

Abonnés
  • La richesse de l’impro évoquée avec un spécialiste du genre.
    La richesse de l’impro évoquée avec un spécialiste du genre. Photos José A.Torres - José A. Torres
  • À Saint-Jo, "Papy" est venu découvrir les rois de l’impro
    À Saint-Jo, "Papy" est venu découvrir les rois de l’impro Photos José A.Torres
Publié le

Alain Degois, que l’on qualifie de "Découvreur de talents", est à la tête du trophée d’Impro culture et diversité, auquel va participer l’équipe de 3e du collège Saint-Joseph, sous la houlette d’Olivier Royer. Il est venu à leur rencontre lundi.

Tee-shirt aux couleurs des Trophées de l’impro sur les épaules, qui a été distribué à chacun des élèves de 3e du club improvisation de Saint-Jo, Alain Degois est à l’écoute. Rebondi sur une phrase. Sourit. Rigole. Opine du chef. Celui qui est définitivement surnommé "papy" est tout entier avec les gamins. Pendant deux heures, celui qui a fait émerger Jamel Debouze, Sophia Aram, qui met en scène Monsieur Fraize ou Blanche Gardin, prend un plaisir non feint à être avec ces jeunes Ruthénois.

On comprend rapidement que "l’impro", il kiffe. Il en a même fait un cheval de bataille. Que ce soit en banlieue, comme à Trappes, où il a grandi et où il vit, dans la campagne française ou dans les grandes villes, l’improvisation gagne du terrain. Et il y contribue grandement par le biais de ce trophée qu’il pilote. Lundi, dans la chapelle Saint-Jo, théâtre de bien d’animations, les adolescents, leur prof de théâtre Olivier Royer, deux enseignants, et "papy" se sont mis en cercle et ont échangé autour de l’improvisation. Le tutoiement est de rigueur.

Chacun exprime une anecdote vécue ou une émotion ressentie. Le bonheur est là. D’autant que tous peuvent témoigner des bienfaits de cette discipline. De tout ce qu’elle a pu leur apporter. "J’ai vaincu la peur de l’autre ", " j’ai vraiment pris conscience en moi ", " j’ai réussi à accepter le sourire de quelqu’un que je n’aimais pas ", " gamins, j’étais une horreur, jusqu’au jour où j’ai rencontré le théâtre ", " c’est un terrain de jeu qui peut même servir en mathématiques ", " Je me ridiculise, mais ça va… ". Tout le monde s’en donne à cœur joie dans cet échange. "Papy" est aux anges : " On devrait balancer des clowns au lieu des bombes sur certains territoires. "

"Nous avons un patrimoine culturel sur lequel on peut s’appuyer. Qui met tout le monde à égalité, où que l’on soit", relate Alain Degois, ravi de son passage à Rodez. " Car un patrimoine de l’improvisation se crée. Je suis tellement heureux d’entendre des familles qui me disent qu’elles passent leur repas de famille à parler d’impro comme elles pourraient parler de sport." Pour Olivier Royer, un des chefs de file du théâtre à Rodez, "il y a environ deux cents pratiquants dans la ville". Un véritable terreau.

Et par le biais de ce Trophée cher à "Papy", les jeunes Ruthénois disputeront une épreuve régionale à Tarbes dans le courant du mois de juin, et deux d’entre eux gagneront leur ticket pour disputer une épreuve à Paris. Mais là n’est pas vraiment l’important pour ces adolescents. l’important c’est de jouer. D’improviser sur scène !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

240 €

RODEZ - STUDIO fonctionnel à proximité du Lycée Monteil et de l'IUT compre[...]

434 €

Situé au Domaine Du Val-Saint-Jean, appartement de type 2, bâtiment Eglanti[...]

240 €

Studio Rodez dernier étage sans ascenseur, situé en haut de la rue du 11 no[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?