Les Français se mobilisent d'avantage contre la maltraitance animale

  • Photo de campagne nationale contre l'abandon des animaux de compagnie.
    Photo de campagne nationale contre l'abandon des animaux de compagnie. Repro CPA
Publié le

L’Ifop a publié une nouvelle enquête sur la lutte contre la maltraitance animale, en lien avec la présentation du projet de loi à ce sujet ce mercredi 22 septembre au Sénat, et montre que les Français s'engagent un peu plus pour ces questions.

La cause animale prend de l’ampleur dans les têtes des Français. Alors que la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale est présentée ce mercredi au Sénat, l’Institut français d'opinion publique (Ifop) révèle dans une enquête pour le site d’information animalière Woopets que les Français sont de puissants soutien à cette loi.

Contre des mesures trop personnelles

Parmi les propositions avancées, ils sont 96% à être favorables à l’interdiction de la détention d’un animal à une personne déjà condamnée pour maltraitance, 88% pour interdire la détention d’animaux sauvages et 69% à s’opposer à la vente de chats ou de chiens dans les animaleries et via Internet.

Ils vont même plus loin que ce qui est proposé. Selon l’enquête, de nombreux Français adhèrent à des propositions qui ne figurent pas dans la proposition de loi donc l’interdiction d’élever des poules pondeuses en cage domestique (89%), de la chasse à courre (70%) et de la corrida (65%).

 En revanche, seulement 52 % des personnes interrogées sont pour l’obligation de suivre des cours de dressage avant l’adoption d’un animal de compagnie.

Et la plupart d’entre eux sont défavorables à des mesures plus personnelles comme la détention d’un permis payant pour détenir un animal de compagnie (60%) ou l’instauration d’un impôt supplémentaire pour cette même détention (75%).

 Impact sur la présidentielle

84% des Français estiment que la cause animale est importante, de là à devenir un enjeu de l’élection présidentielle ?

L’enquête assure que la question de la maltraitance animale sera l’un des principaux enjeux de la campagne électorale. L’Ifop assure que « la question prend de l’ampleur au fil des scrutins » malgré qu’elle soit encore sous estimée par les forces en présence.

Ainsi ils sont 47% à tenir compte des propositions au sujet de la cause animale dans leur vote en 2022, soit 8 points de plus qu’en 2017 (39%).

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?