Football. Toulouse - Rodez : chaud jusqu’au bout

Abonnés
  • Ugo Bonnet et ses partenaires ont vu leur abnégation récompensée dans les dernières minutes, pour obtenir un nul chez le géant de la Ligue 2.
    Ugo Bonnet et ses partenaires ont vu leur abnégation récompensée dans les dernières minutes, pour obtenir un nul chez le géant de la Ligue 2. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le

Rodez a arraché le nul dans les dernières minutes d’un derby animé, hier à Toulouse, durant lequel il a été dominé avant de se rebeller.

Ne comptez pas sur les Ruthénois pour capituler. Longtemps malmenés, pour ne pas dire submergés, par la force de frappe offensive toulousaine, les hommes de Laurent Peyrelade ont fait le dos rond. Et y ont cru jusqu’au bout, pour décrocher un nul dans les dernières minutes (1-1), hier sur la pelouse du Stadium, à l’occasion du derby régional.

La délivrance est intervenue sur un coup de pied arrêté. Le coup franc de Florian David, à peine entré en jeu, a été dévié dans son propre but par Bafodé Diakité, à la lutte avec Julien Célestine (84e). Même s’il n’a pas touché le ballon sur cette action, la présence du colosse de Rodez symbolise l’influence qu’il a eue sur son équipe, tant sa combativité, sa hargne et son vice ont été précieux pour ne pas baisser pavillon.

Car la première période n’a pas laissé augurer un dénouement aussi favorable aux sang et or, qui ont retrouvé hier un stade où ils avaient établi leurs quartiers au début de la saison 2019-2020, et dans lequel ils ont bénéficié du soutien de nombreux supporters. Le début de rencontre a été rythmé par les déferlantes des locaux dans les couloirs, notamment Mikkel Desler et Ratao. Ce dernier a même trouvé l’ouverture à la réception d’un centre de Branco van den Boomen, consécutif à une perte de balle de Nassim Ouammou devant sa surface. Un symbole des difficultés ruthénoises à mettre le pied sur le ballon et à sortir de leur camp.

Lionel Mpasi victime d'insultes racistes

Pour autant, si les partenaires de Pierre Bardy ont continué à être secoués après ce but, ils ont su fermer les vannes. Ratao (19e) puis van den Boomen (39e) ont eu la possibilité de doubler la mise, en vain.

Toujours en vie dans le derby, les Ruthénois n’ont pas manqué l’occasion de refaire surface. Alors que les Toulousains ont baissé de rythme après le repos, les visiteurs ont su peu à peu prendre l’ascendant, notamment grâce à l’apport de leurs entrants. À l’image de Clément Depres, précieux dans les airs, pour son retour sur les pelouses après deux mois d’absence.

Jusqu’à changer le sort de la rencontre dans les dernières minutes, dans une atmosphère digne d’un derby, avec intensité sur le terrain et ambiance houleuse dans les tribunes. Bien trop même, car des supporters ont franchi la ligne rouge, puisque Lionel Mpasi a été la cible de jets de projectiles et d’insultes racistes dans les dernières minutes. De quoi gâcher la fête des voisins, mais pas altérer le bon coup des Ruthénois chez le géant de la Ligue 2.

A lire aussi : Football : les réactions après Toulouse - Rodez

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?