Un Decazevillois en grève de la faim pour voir son fils

  • Stéphane B. a obtenu de nombreuses distinctions militaires.
    Stéphane B. a obtenu de nombreuses distinctions militaires. DDM - BHSP
Publié le
Bernard-Hugues Saint-Paul

Installé à Decazeville depuis plusieurs mois, Stéphane B., 50 ans, a commencé, le 8 mars 2022 une grève de la faim illimitée.

Dans un courrier envoyé à la préfète de l’Aveyron, cet ancien militaire décoré de nombreuses distinctions, devenu contrôleur principal des douanes, explique « protester contre les autorités judiciaires de Dijon » :  « Du fait de décisions que je conteste et ayant perdu tout contact avec mon fils du fait de ce harcèlement judiciaire, j’ai également perdu mon honneur au vu de condamnations judiciaires totalement partiales qui m’ont également fait perdre mon travail […]. À défaut de m’accorder immédiatement une reprise de contact avec mon fils âgé de bientôt 16 ans, et une révision totale des procédures judiciaires comme je le demande depuis 2016, tant au Président de la République qu’au Garde des sceaux, je ne cesserai pas ma grève de la faim (...)"

Il poursuit : "Je veux retrouver mon fils et mon honneur ; et qu’il y ait une enquête impartiale. Je veux être rétabli dans mes droits de père, d’homme et de citoyen. Je me suis battu pour mon pays, je ne mérite pas ça ! Je n’ai plus la garde de mon fils mais j’ai encore l’autorité parentale ».

Le 17 mars prochain aura lieu à Dijon une audience qui statuera sur cette autorité parentale. « Même affaibli, je m’y rendrai », martèle Stéphane.

Pas de commentaires de Dijon

Nous avons sollicité le président et le procureur du TGI de Dijon sur le dossier de S. B.: « J’ai eu l’occasion d’écrire à plusieurs reprises à Monsieur B. en réponse aux lettres qu’il m’avait adressées. Je ne souhaite pas m’exprimer à nouveau au sujet de ses interrogations», indique le président du TGI. 

De son côté, le procureur de la République répond : « Les éléments mentionnés dans les pièces que vous avez communiquées n’appellent pas de commentaire de ma part ».

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?