Garant de l'environnement en Aveyron depuis 40 ans, le patron de l'Office de la biodiversité raconte

Abonnés
  • Jean-Luc Laures témoigne de 40 ans de protection de l'environnement en Aveyron.
    Jean-Luc Laures témoigne de 40 ans de protection de l'environnement en Aveyron. N.D.
Publié le , mis à jour

L'empreinte de l'homme a inévitablement impacté la biodiversité aveyronnaise. Jean-Luc Laures, directeur de l'Office français de la biodiversité, nous raconte 40 ans d'évolution.

Dans les années 80, l'Office français de la biodiversité (OFB) telle que nous la connaissons se concentrait sur la seule gestion des poissons, puis sur l'étude de leur habitat, puis sur l'hydromorphologie... et cette évolution permanente a mené à la préservation des espèces protégées sur terre comme sur mer avec la fusion de l'OFB et l'ONCFS (Office nationale de la chasse et de la faune sauvage) en 2020.

Le directeur d'OFB Aveyron, Jean-Luc Laures, a vécu cette transformation de l'intérieur pendant 40 ans. Il témoigne également de l'importance croissante de la protection de l'environnement dans les esprits des citoyens et des politiques. "On travaille aujourd'hui sous l'autorité du procureur de la République pour effectuer des contrôles, on est saisi pour donner un avis sur des projets, on fait activement de la sensibilisation... On a gagné une certaine légitimité". 

Et pour cause, même si "l'Aveyron est un département mieux préservé que certains", il n'est pas épargné par la présence souvent néfaste de l'homme. "On voit clairement une évolution paysagère de l'Aveyron. Ça se sent que des milieux se sont appauvris". Il sera difficile de revoir certaines espèces animales qui peuplaient le département il y a plusieurs années, notamment des variétés d'insectes ou bien la crevette à pied blanc qui vit dans des milieux extrêmement sensibles. "L'espoir est tout de même permis pour d'autres espèces, comme le loup, qui nous a montré sa capacité à recoloniser des espaces qui étaient perdus depuis longtemps".

"Dans l'apport de solutions ou d'alternatives"

Pour éviter d'empirer la situation, "une prise de conscience collective" est la meilleure arme. "On l'oublie parfois, mais il y a de la biodiversité même autour des grandes villes. Et dans les campagnes aussi, quand on construit une route par exemple, il faut éviter de passer à travers une zone d'habitat d'espèces raréfiées. C'est là que nos connaissances sont sollicitées", rappelle Jean-Luc Laures, dont les équipes travaillent par exemple de concert avec le Département dans chacun de ses travaux.

"Mais nous ne sommes pas là pour mettre un frein à tous les projets, nous sommes dans l'apport de solutions ou d'alternatives". Ce qui n'est pas toujours facile à entendre, et rarement sans frais. "Si un projet est amené à détruire un habitat, il faut en recréer un autre de la même taille. Mais cela demande énormément de moyens", regrette Jean-Luc Laires. "C'est aussi un procédé vraiment très complexe. Un petit muret, une haie, un coin d'eau... Certains habitats s'habillent avec des détails, sans lesquels les espèces ne reviennent pas".

Face aux "grosses modifications de l'habitat" qu'on constate en permanence en Aveyron, certaines zones sont tout particulièrement surveillées dans le département, comme les pelouses sèches du Causse Comtal. "Avec les années, on y a vu apparaître des prairies artificielles, des routes, on y a enlevé des pierres... alors que ces terrains sont dotés d'une très forte diversité d'espèces. Un projet que nous menons avec les chasseurs et les agriculteurs nous permet de recréer des murets pour les reptiles, des marres pour les amphibiens et les oiseaux, ainsi que des pâturages".

"On a un mur devant nous"

Depuis 2020, un diagnostic est lancé dans tous les territoires, permettant d'identifier les nombreuses "pressions" exercées sur l'environnement par l'homme : l'exploitation des ressources, la fragmentation des milieux (comme les barrages par exemple), les espèces exotiques envahissantes, l'artificialisation des sols ou encore le réchauffement climatique. 

Pour y faire face, Jean-Luc Laures pense que les moyens mis en place par l'Etat et les collectivités doivent aller "beaucoup plus loin". "Les textes ne font pas tout. On a un mur devant nous, et on peut encore freiner pour avoir le temps de trouver des alternatives".

À un mois de son départ à la retraite, Jean-Luc Laures mise sur les changements des mentalités pour prendre le relais de son travail. "Depuis 2016, on éduque les jeunes dans les écoles, on sensibilise aussi les élus et les services de l'Etat, on accompagne les agriculteurs dans l'utilisation d'outils alternatifs... Nous, nous n'avons qu'un tout petit pouvoir, et le changement n'interviendra vraiment que si tout le monde prend conscience de l'importance de la biodiversité".

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?