"Sans l'intervention des pompiers de Rodez, ma femme serait morte"

  • "Les pompiers ont été d'un calme, d'une efficacité et d'une gentillesse incroyable", raconte Guy Genieis.
    "Les pompiers ont été d'un calme, d'une efficacité et d'une gentillesse incroyable", raconte Guy Genieis. Centre Presse
Publié le , mis à jour

Pour la première fois de sa vie, Guy, Castonétois de 73 ans, a composé le "18" au matin du dimanche 8 mai. Il éprouve aujourd'hui une incroyable reconnaissance pour ses six "anges gardiens" qui ont sauvé la vie de son épouse. 

Guy Genieis, habitant dans le quartier des Quatre-Saisons, à Onet-le-Château, n'est pas encore totalement remis de la mésaventure vécue par son épouse ces derniers jours. Ancien chargé d'affaires pour le groupe Eiffage, l'homme est, tout comme son épouse Andrée, âgé de 73 ans. Cette dernière, aujourd'hui hospitalisée à Rodez, serait "morte sans l'intervention des pompiers", selon les mots de son mari, qui ne cache pas son admiration face à l'efficacité de ces "anges gardiens"

Tout commence dans la nuit du 2 au 3 mai. "Ma femme a commencé à littéralement se vider. Elle a d'abord pensé à un problème d'incontinence occasionnelle", se souvient Guy Genieis, mais les choses n'ont fait qu'empirer par la suite. Le lendemain, Andrée fait un malaise au marché de Laissac et son mari éprouve les plus grandes difficultés à la raccompagner à leur voiture, située à 150 mètres. "J'ai bien vu que quelque chose n'allait pas", explique-t-il. La situation continue de s'aggraver, à tel point que tous deux se rendent aux urgences du centre hospitalier ruthénois quelques jours plus tard.

"Venez vite, je pense que ma femme est morte !"

Ils rentreront chez eux dans la soirée et, le dimanche 8 mai à 6h27, Guy fait le choix d'appeler les sapeurs-pompiers. "Ma femme a voulu se lever, elle est tombée au sol. Elle était pâle comme une morte, ne parlait plus, ne bougeait plus... Je l'ai mise en position latérale de sécurité et j'ai immédiatement appelé les pompiers", explique Guy, formé aux gestes de premiers secours durant sa vie professionnelle. "Venez vite, je pense que ma femme est morte", leur explique-t-il.

Une quinzaine de minutes plus tard, six pompiers arrivent dans la maison du couple. "J'ai envie de leur dire merci, sans eux, ma femme serait morte. Ils ont été d'un calme, d'une efficacité et d'une gentillesse incroyable... Ils ont essayé de me remonter le moral, parce que je pleurais sans interruption", raconte le retraité, encore fortement ému.

Aujourd'hui, Andrée va "beaucoup mieux" selon son mari. Les premiers examens ont révélé plusieurs pathologies importantes (poumon, foie, rein, vésicule biliaire) et un stent (un tube expansible qui maintient l'artère ouverte) lui a été posé à l'hôpital Puel de Rodez, qui porte le nom de l'un des pionniers de cette technologie.

En octobre, Guy et Andrée Genieis fêteront leurs 52 ans de mariage. Et Guy, très reconnaissant envers ses "anges gardiens", n'a qu'un conseil à donner aux personnes qui en douteraient encore : "Il ne faut pas hésiter à appeler les sapeurs-pompiers dans ce genre de situation"

Xavier Buisson
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

590 €

Dans une résidence récente, je vous invite à découvrir ce coquet appartemen[...]

40 €

Parking couvert n°19 au R- 1[...]

35 €

Parking couvert n°48 R-1[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?