Le secteur des travaux publics veut sensibiliser les élus aveyronnais à l’évolution des marchés

Abonnés
  • Une rencontre conviviale, sur fond d’attentes et de propositions.
    Une rencontre conviviale, sur fond d’attentes et de propositions. C.C.
Publié le

À l’initiative de la FRTP, les entreprises de travaux publics ont invité, mardi 24 mai, les élus à un temps d’échange pour mettre l’avenir en perspective.

C’est un échange régulier qui revêt une importance capitale pour toute une profession qui dépend à 70 % de la commande publique, cette dernière étant assurée pour plus de la moitié par les seules collectivités territoriales.

Chaque année en effet la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) organise une matinée de rencontre avec les élus de l’Aveyron pour exprimer leurs attentes et leurs propositions, évoquer les projets de la collectivité, cadrer avec elle des méthodes de fonctionnement en harmonie avec les évolutions réglementaires…

Des visibilités de commandes à trop court terme

Devant un solide petit-déjeuner au Bowling à Onet, ce mardi matin, les représentants des entrepreneurs (ils sont plus d’une quarantaine en Aveyron) ont ouvert le débat avec des élus du territoire, dont notamment Jean-Marc Calvet, président de l’Association départementale des maires, Arnaud Viala président du Département et Christian Teyssèdre, maire de Rodez et président de Rodez Agglo.

Un temps d’échange au cours duquel les professionnels ont exposé leurs priorités dans un contexte d’activité "très calme avec une visibilité des commandes sur un mois au lieu de six habituellement", confie Julien Blanc-Galera, responsable des relations publiques institutionnelles de la Fédération régionale des travaux publics.

De la visibilité des commandes dépend la création d’emploi, ce qui ne peut laisser les élus indifférents en matière d’attractivité du territoire.

Impact sur les trésoreries

"Nous avons toujours travaillé en confiance avec les collectivités aveyronnaises, assure Julien Blanc-Galera. Et nous savons pouvoir capter l’attention des élus sur les problèmes que rencontre le secteur actuellement, en particulier la hausse des matières premières et du gazole non routier que nous utilisons. La grande crainte est que ces hausses impactent gravement la trésorerie de nos entreprises. Il faudrait que tous les marchés publics soient révisables en cours de route, trimestriellement. Est-ce que les élus y sont prêts ?"

Privilégier la proximité

Pour garantir l’emploi local, les entreprises de travaux publics plaident également pour la généralisation des allotissements de chantiers - la division en lots des marchés - pour permettre à toutes les entreprises de soumissionner sur un programme.

"Et développer aussi les clauses de proximité pour faire appel plus systématiquement aux entreprises locales et sauvegarder l’utilisation de l’argent public du territoire sur ce territoire", ajoute Julien Blanc-Galera. Une volonté partagée par les élus, dans le respect, cela va sans dire, des règles légales, lesquelles évoluent en ce sens.

Les travaux publics sont aussi, et surtout, force de propositions pour les collectivités dans la formulation de leurs projets.

Environnement : l’expertise locale

Ainsi sur la base du volet environnemental de la loi Climat et Résilience, des solutions techniques novatrices sont avancées pour la réalisation d’économies d’énergie et de respect accru de l’environnement. Une expertise locale apportée par les entreprises, entraînant de fait la mise en œuvre de partenariats intelligents avec les collectivités locales.

Celles-ci se sont montrées très réceptives au cours de ces échanges, et engagées à accompagner les entreprises autant que leur permettent de le faire leurs capacités budgétaires. Les élus s’inquiètent notamment du maintien des aides de l’Etat et notamment de la dotation globale de fonctionnement et de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) qui peut ralentir la mise en œuvre des projets.

Pas question pourtant de tout remettre en cause, les collectivités souhaitent poursuivre leurs investissements de manière conséquente, les élus n’ont pas manqué de le rappeler.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Christophe Cathala
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

410 €

Cet appartement se compose : - d'un grand séjour, - d'une cuisine aménagée [...]

391 €

Entrée, séjour avec coin cuisine, (plaques chauffantes, frigo, hotte, meubl[...]

86000 €

En exclusivité dans votre agence Stéphane Plaza Immobilier Rodez! Rodez, Pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?