Acheter un bien immobilier, une source de stress (et de larmes) pour de nombreux Américains

  • Deux tiers des Américains appartenant aux générations Y (les fameux millennials) et Z déclarent avoir pleuré au moins une fois lorsqu'ils cherchaient à acheter une propriété.
    Deux tiers des Américains appartenant aux générations Y (les fameux millennials) et Z déclarent avoir pleuré au moins une fois lorsqu'ils cherchaient à acheter une propriété. Andrii Zastrozhnov / Getty Images
Publié le

(ETX Daily Up) - Acheter une propriété peut être une véritable source de remise en question, voire d'angoisse. La plupart des Américains trouvent cela aussi éprouvant pour le moral qu'un mariage ou même un licenciement, selon un récent sondage.

Le fait de devenir propriétaire peut être émotionnellement éprouvant. Ce projet suscite généralement de nombreuses questions : a-t-on fait le bon choix ? Est-ce le bon moment ? N'est-ce pas trop risqué ? Toutes ces incertitudes pèsent sur le moral de nombreux Américains, comme le révèle un rapport du site immobilier Zillow.

Il a interrogé plus de 2000 adultes habitant aux États-Unis sur leur état d'esprit durant cette période charnière. La moitié d'entre eux disent avoir versé quelques larmes durant leur achat immobilier. Les acheteurs les moins aguerris sont les plus susceptibles de trouver ce processus particulièrement éreintant pour les nerfs. Deux tiers des Américains appartenant aux générations Y (les fameux millennials) et Z déclarent avoir pleuré au moins une fois lorsqu'ils cherchaient à acheter un appartement ou une maison.

Il faut dire que ces jeunes acquéreurs se lancent dans un marché immobilier particulièrement compétitif. Près de la moitié des maisons vendues aux États-Unis en avril se sont envolées pour un prix supérieur à celui demandé, contre 37% l'an dernier d'après Zillow.

"Une expérience personnelle et émotionnelle"

Cette hausse des prix joue sur le bien-être de nombreux acheteurs. 62% des Américains interrogés sont inquiets à l'idée de ne pas réussir à trouver un bien dans leurs moyens. C'est pourquoi de nombreux primo-accédants ont élargi leur périmètre de recherche, et n'hésitent plus à déménager dans des villes de taille moyenne comme Louisville, dans le Kentucky, ou encore Oklahoma City. Salt Lake City reste toutefois la métropole la plus populaire auprès des Z souhaitant accéder à la propriété, comme le souligne une étude du site immobilier LendingTree.

Plus de 60% des Américains redoutent également de ne pas trouver leur bonheur dans un marché où les biens sont rares (et donc plus chers), et de devoir faire des concessions. Ne pas réussir à trouver un logement dans son quartier de prédilection est une autre source d'angoisse pour de nombreux acheteurs (58%).

Pour Amanda Pendleton, experte en tendances immobilières pour Zillow, un achat immobilier est tout sauf un acte anodin. "C'est une expérience profondément personnelle et émotionnelle", explique-t-elle dans un communiqué. "Lorsque vous faites une offre sur une maison, vous avez probablement imaginé votre vie là-bas. Si vous la perdez au profit d'une offre plus intéressante, vous pouvez avoir l'impression de devoir renoncer à un avenir que vous avez déjà commencé à planifier".

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?