Attaques de vautours en Aveyron : le Département interpelle le ministre de l'Agriculture

  • La carcasse des veaux tués par les vautours ont été traînés devant la DDT de Rodez en guise de protestation.
    La carcasse des veaux tués par les vautours ont été traînés devant la DDT de Rodez en guise de protestation. Centre Presse Aveyron - N.D.
Publié le , mis à jour

Le Département de l'Aveyron a interpellé le ministre de l'Agriculture après une nouvelle attaque de vautours qui a tué trois veaux dans un élevage à Vézins.

Une attaque de vautour a coûté la vie à trois veaux dans un élevage sur la commune de Vézins, dans le Lévezou, jeudi 28 juillet 2022. Un nouvel événement tragique qui avait provoqué la colère des agriculteurs, qui avaient décharger la carcasse des bêtes devant la DDT (direction départementale des territoires) de Rodez en guise de protestation. Ils dénonçaient également l'arrivée tardive du vétérinaire expert deux jours après les faits.

La Coordination rurale a "apporté son entier soutien aux éleveurs concernés par la problématique vautours en Aveyron", puis le Département est également monté au créneau. Dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, la collectivité demande à l'Etat d'accélérer les prises de décision concernant les attaques de charognards.

Tout d'abord en mettant en place une indemnisation pour les éleveurs qui subissent des dommages importants, comme cela était le cas à Vézins où environ 200 vautours ont souillé l'exploitation, sans compter les trois veaux décédés. "Ces actes soulèvent un problème de gestion du nombre de vautours sur le département et une prolifération trop importante. Le manque de nourriture engendre des déplacements des vautours qui s'en prennent aux troupeaux sur l'ensemble du territoire aveyronnais", dénonce le Département.

Un protocole à revoir

Devant la DDT, les agriculteurs étaient particulièrement remontés contre l'intervention tardive du vétérinaire expert, chargé de définir si les veaux étaient déjà morts ou non avant d'être dévorés par les vautours.

Une problématique dont le Département s'est fait le messager auprès du ministre de l'Agriculture, en pointant du doigt "le protocole et la réactivité insuffisante pour obtenir des prélevements de bonne qualité. Avec les températures importantes de ces derniers jours, il était indispensable que le vétérinaire puisse être sur le lieu des attaques plus tôt. Il est donc primordial que le protocole soit revu afin de l'adapter à ces périodes de fortes chaleurs".

A lire aussi : Rodez : les agriculteurs déchargent les carcasses de veaux dévorés par des vautours devant la DDT

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?