Football : Rodez mal à l'aise en public

Abonnés
  • Alors que les Ruthénois réclament plus d’ambiance, Paul-Lignon a été loin de faire le plein, samedi, pour la venue d’Amiens.
    Alors que les Ruthénois réclament plus d’ambiance, Paul-Lignon a été loin de faire le plein, samedi, pour la venue d’Amiens. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Alors que l'entraîneur Laurent Peyrelade appelle régulièrement les supporters ruthénois à mettre plus de ferveur en tribunes, son attaquant Clément Depres a regretté l’ambiance, samedi 1er octobre, à l’issue de la défaite contre Amiens (1-0). De quoi ouvrir le débat.
 

Les Ruthénois se plaignent d’un manque de soutien

« Quand on va applaudir le public après le match, il n’y a plus personne en tribunes… Il faut que tout le monde se remette en question. Le public aussi. Sur des matches où on pousse comme ça à la fin, on a besoin d’eux. » À l’issue de la défaite contre Amiens (1-0), samedi 1er octobre, l’attaquant Clément Depres a regretté l’attitude des supporters de Rodez, pas assez fervents et trop spectateurs à son goût.

Ses propos prolongent ceux de son entraîneur, qui appelle régulièrement à la mobilisation générale avant les matches à domicile. « On a besoin de lien, de soutien. Un championnat se gagne avec son stade. Pour s’installer en Ligue 2, on a besoin d’avoir un public chaud, avait lancé Laurent Peyrelade à la veille de la venue des Picards. On a des bons garçons, ils ont besoin qu’on leur montre qu’on est là derrière eux. »

L’importance d’être supportés

Si les Ruthénois insistent tant pour avoir du soutien, c’est parce que ça les aide. « C’est important d’avoir notre 12e homme », a appuyé Akim Abdallah, vendredi 30 septembre. Avec ses partenaires, le latéral a pu en faire l’expérience récemment… à 500 kilomètres de Paul-Lignon. Lors de leur succès sur la pelouse du Paris FC (2-1), il y a deux semaines, les sang et or ont pu compter sur la ferveur des Aveyronnais de la capitale venus les encourager au stade Charléty.

« La tribune a été incroyable. Cela a aidé mes joueurs, a apprécié Laurent Peyrelade. On était menés 1-0, ils étaient vraiment là. Et ils ont été récompensés, car leur soutien leur a permis de voir leur équipe gagner le match. »

D’autres exemples existent en remontant le temps. À commencer par la fin de saison dernière, lorsque la ferveur retrouvée de Paul-Lignon est venue accompagner le sprint final réussi des sang et or.

« C’est quelque chose d’extraordinaire de jouer en Ligue 2 pour Rodez. Il faut que les gens en soient conscients, a insisté Laurent Peyrelade, à la veille du match contre Amiens, pour sonner la mobilisation. Ce n’est pas quelque chose de dû, c’est un devoir de se bagarrer pour ça. C’est en le faisant ensemble qu’on a des chances d’y être pour plusieurs années. Le jour où on s’endormira, sur le terrain comme en tribunes, ça s’arrêtera. »

Un manque de décibels en tribunes

En dehors de quelques poussées de fièvre, il faut bien reconnaître que l’ambiance rue Vieussens laisse généralement à désirer. Malgré les efforts des membres du Kop, depuis le début des travaux de réfection (ce qui n’aide pas), il est rare de retrouver l’ambiance chauvine, parfois hostile, qui a longtemps fait la réputation de Paul-Lignon. Et même s’il est difficile de mesurer les ambiances, il s’agit certainement de l’une des plus calmes de Ligue 2 actuellement.

Le club mérite-t-il plus d’encouragements ?

Puisque les acteurs demandent « une remise en question du public » (Depres) et parlent de « devoir de se bagarrer » (Peyrelade), il est légitime de se demander si les encouragements réclamés sont mérités. La déclaration de l’attaquant ruthénois a suscité des réactions sur les réseaux sociaux ce week-end, certains lui opposant les résultats et la qualité du jeu, d’autres se plaignant du manque d’animations et surtout du prix des places.

S’il regrette un manque de ferveur, le club peut se demander pourquoi il fait rarement le plein à domicile, malgré une jauge limitée (environ 1 700 spectateurs) en raison des travaux. Le match contre Amiens a attiré seulement 1 187 personnes.

La rénovation peut constituer une solution, puisque l’arrivée des deux nouvelles tribunes, prévue en fin d’année, devrait susciter des envies de se rendre au stade. Cela suffira-t-il à faire monter la ferveur ? À voir. L’avancée du chantier laisse apparaître que les loges partenaires et le salon VIP ont été particulièrement soignés. Pas sûr que cela suffise à faire monter le son…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

490 €

Appartement de type 2, de 58 m2, en rez de chaussée sur élevé sur la rue Sé[...]

212000 €

GREGORY GIORDAN AGENT COMMERCIAL - 492 558 341 R.S.A.C. RodezRodez 3 minut[...]

450 €

Rodez - rue de la Penderie, T2 de 39m² situé au 2ème étage avec ascenseur [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?