Crise énergétique : y aura-t-il des coupures des réseaux mobiles cet hiver en France ?

  • En cas de coupure d'électricité, les Français pourraient être confrontés durant plusieurs heures à un service mobile dégradé.
    En cas de coupure d'électricité, les Français pourraient être confrontés durant plusieurs heures à un service mobile dégradé. Archives
Publié le

En cas de coupure ou de rationnement d'électricité cet hiver, les utilisateurs de smartphones pourraient perdre inopinément tout signal de téléphonie mobile avec l'arrêt des tours télécoms.
 

La crise de l'énergie aura-t-elle un impact sur les réseaux de téléphonie mobile cet hiver en France ? L’éventualité que Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR soient déconnectés cet hiver n'est pas à exclure.

Les Français pourraient ainsi être confrontés durant plusieurs heures à un service mobile dégradé, voire totalement déconnecté, si les antennes relais des opérateurs mobiles étaient privées d’électricité. Cela durerait deux heures maximum.

En cas de coupure de courant, les antennes des réseaux mobiles peuvent rester en activité durant 30 minutes grâce à une batterie intégrée. Si la coupure dure plus longtemps, le réseau mobile ne sera plus accessible dans la zone concernée.

En cas de coupure dans une zone, le service peut ne pas être entièrement coupé, mais fortement dégradé, si une autre antenne encore alimentée couvre la zone.

A lire aussi : Pénurie d’électricité cet hiver : quels départements seraient les premiers concernés par les coupures ?

Ceci peut ne pas avoir lieu si et seulement si le gouvernement inclut les opérateurs mobiles sur la liste des sites sensibles. " Il n’est pas facile d’isoler une antenne du reste du réseau", a fait savoir un connaisseur du dossier au ministère des Finances.

Maintenir un service minimum pour les appels d’urgence

L’enjeu est donc à la fois de faire inscrire certaines infrastructures des opérateurs à la liste des services considérés comme essentiels et qui seront protégés des pannes de courant. Mais aussi de définir le protocole à mettre en œuvre en cas de coupure afin de maintenir un service minimum, plus particulièrement pour les appels d’urgence.

En Allemagne par exemple, Deutsch Telecom qui dispose de 33 000 tours mobiles et ses systèmes de génération d’électricité de secours, prévoit de déployer des groupes électrogènes diesel afin de continuer à alimenter les antennes de téléphonie mobile s’il y a coupure de courant prolongée.

A lire aussi : Crise de l'énergie : Ecowatt, comment fonctionne le dispositif qui évite les coupures d'électricité

En France qui compte environ 62 000 antennes mobiles, Orange travaille "avec les préfectures et tout l’écosystème pour qu’un maximum de sites soient tagués comme essentiels en vue de réduire l’impact du délestage sur les réseaux mobiles", rapporte le JDN. Orange souhaite que "les zones d’effacement choisies permettent de continuer à y assurer une couverture via des antennes installées sur des zones adjacentes".

Dans le même temps, certains opérateurs ont commencé à réduire leur consommation afin d’espérer le moins de problèmes cet hiver. Une réaction logique car la meilleure façon de faire face à la crise de l’énergie est encore de diminuer la consommation dans de nombreux domaines.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?