Affaire Delphine Jubillar : ce qu'il faut retenir de la reconstitution judiciaire dans la maison du couple

  • Une reconstitution a pris place dans la maison de Delphine, avec son mari et principal suspect Cédric, mardi soir.
    Une reconstitution a pris place dans la maison de Delphine, avec son mari et principal suspect Cédric, mardi soir. M.L. - Nicolas Zarrouk
Publié le , mis à jour

Pour les avocats de la partie civile, la reconstitution a permis de renforcer suffisamment d'éléments pour ouvrir un procès en assises contre Cédric Jubillar. Ce dernier clame toujours son innocence.

De 20 heures jusqu'à 3 heures du matin, une reconstitution judiciaire a pris place dans la maison de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn), avec la présence de son mari et principal suspect Cédric, dans la nuit de mardi 13 à mercredi 14 décembre 2022.

Une étape majeure dans l'avancée de l'enquête, presque deux ans jour pour jour après la disparition de Delphine, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Comme le rapporte La Dépêche du Midi, Cédric Jubillar n'a que rarement pris la parole au cours de cette reconstitution et continue de clamer son innocence.

A lire aussi : Delphine Jubillar : tout savoir sur la reconstitution de la nuit de sa disparition prévue ce soir dans le Tarn

Avec la présence de plusieurs témoins, le scénario d'une dispute se confirme. Ce soir du 15 au 16 décembre 2020, Delphine aurait annoncé à son mari sa volonté de le quitter pour un autre homme, poussant Cédric à commettre l'irréparable. Une hypothèse "parfaitement crédible et les témoignages de cette soirée apparaissent authentiques", ont décrit Me Laurent Boguet et Malika Chmani, qui représentent les intérêts des enfants du couple.

Il y aurait "assez d'éléments" pour renvoyer Cédric Jubillar en cour d'assises pour Me Nakache Haarfi, avocat de la partie civile.

A lire aussi : Affaire Jubillar : Delphine aurait fêté ses 35 ans ce mardi, ses proches organisent un rassemblement à Cagnac-les-Mines

La défense estime que la reconstitution "n'a servi à rien"

Le meurtre de Delphine reste cependant un mystère. Les avocats de Cédric Jubillar ont estimé devant la presse que cette reconstitution n'avait "servi à rien, ou à pas grand-chose". Pour eux, "ce dossier reste mystérieux et sans preuve. On attendait quelque chose de plus précis".

Des zones d'ombre subsistent. Cédric n'a pas été en mesure de dire pour la paire de lunettes de son épouse a été retrouvée, cassée, dans la maison. Durant la reconstitution, des cris de femme ont été simulés et ont permis de crédibiliser le témoignage de la voisine selon les avocats de la partie civile, quand la défense se base sur un autre témoignage d'une personne en train de séparer des chiens qui aboyaient. Cris d'effroi ou bagarre de chiens, l'incertitude semble présente.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?