Les métamorphoses à enclencher dans le secteur agricole selon Audrey Bourolleau, fondatrice d’HECTAR

  • Les métamorphoses à enclencher dans le secteur agricole selon Audrey Bourolleau, fondatrice d’HECTAR
    Les métamorphoses à enclencher dans le secteur agricole selon Audrey Bourolleau, fondatrice d’HECTAR
Publié le

Audrey Bourolleau est co-fondatrice du projet HECTAR, un incubateur de solutions orienté tech et entrepreneuriat qui accompagne le milieu agricole dans sa transition. Elle était sur la scène du Bang lors de la 8e édition de Big pour parler agriculture et transformation du secteur.

"Est-ce que vous diriez à vos enfants de venir travailler dans une ferme ?", interroge Audrey Bourolleau, co-fondatrice d’HECTAR. Une question qui peut se poser quand on sait que près de la moitié du territoire français est recouvert de sols agricoles ; et que parmi les plus de 400 000 exploitations en activité aujourd’hui, ce ne sont pas moins de "160 000 fermes qu’il faudra reprendre d’ici 3 à 5 ans". Elle nous parle de ses observations et nous propose des solutions.

L'agriculture, un secteur à (re)valoriser

Alors que 95 % de notre alimentation provient des exploitations françaises, et que les agriculteurs de demain manquent encore à l’appel ; c’est une transformation " de tous les acteurs […] du champ à l’assiette " qu'il faudra mener si nous voulons faire perdurer notre souveraineté alimentaire.
Selon Audrey Bourolleau, les changements à opérer dans le secteur primaire passeront notamment par :

  • la protection et l’entretien des sols en usant de pratiques dites de l’agriculture régénératrice, technique que l’on maîtrise, afin de permettre aux générations futures d’avoir accès à une alimentation en quantité et qualité satisfaisantes ;
  • la diversification des activités agricoles pour sécuriser les revenus. Aujourd’hui les agriculteurs produisent " déjà 10 % d’énergie verte en France ; d’ici 2050, ils en produiront 70 %" déclare la créatrice.

Quant au management, il fera partie intégrante de l’évolution de la filière : " il va falloir attirer les talents dans le secteur ", affirme la fondatrice. L’agriculteur, outre la mutation de ses activités, devra aussi faire évoluer son métier en devenant peu à peu le " manager de sa ferme ", un gestionnaire hors pair, et devra jongler entre les champs et la commercialisation de ses produits. L’incontestable enjeu pour aider le milieu agricole à se réinventer, sera de " donner envie, d’attirer les salariés et les entrepreneurs à venir et à investir dans ce secteur-là ", assure la jeune femme.

HECTAR, une structure à la hauteur des enjeux

Auparavant conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural auprès du cabinet présidentiel, Audrey Bourolleau constate, depuis longtemps déjà, la dégradation qui s’est opérée dans le secteur agricole : " 25 % de nos sols souffrent d’érosion", déplore-t-elle. Rendements amaigris et agriculteurs épuisés, celle qui a été désignée " Femme de l’année 2014 " par la Revue du Vin de France l’affirme, " aujourd’hui, il n’y a plus aucun modèle économique et social qui fonctionne ". C’est pourquoi elle fonde en 2019 aux côtés de Xavier Niel, HECTAR, un concentré de solutions pour accompagner la transition agricole. Avec un accélérateur de startups, des espaces de coworking et même une ferme pilote de 250 hectares, l’association entend bien apporter son soutien à " ceux qui assurent la sécurité alimentaire de notre pays ", détaille l’entrepreneure.

Sur le plan financier, les travailleurs de la terre, s’ils souhaitent reprendre une "grande" ferme, c’est-à-dire entre 150 et 200 hectares, devront investir 2 à 2,5 millions d'euros, s'ils n'ont pas hérité de la terre de leurs parents. Ajouté à cela que la culture des céréales est désormais un marché côté, les agriculteurs n’ont pas la maîtrise de leur prix. Ceux qui décideraient alors de se tourner vers des exploitations plus petites seraient amenés à travailler " 60 à 100 heures par semaine, et d’aller faire les marchés tous les weekends ", avec pour conséquence une véritable fracture sociale.

Entièrement orienté tech et entrepreneuriat, HECTAR compte bien mettre toutes ses compétences au service de la filière pour l’accompagner dans sa métamorphose.

BPI France
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?