Stéphan Marty et Les potions d’Oc à Pont-de-Salars, un cocktail gagnant à des degrés divers

Abonnés
  • Stéphan Marty a lancé Les potions d’oc voilà moins d’un an à Pont-de-Salars et il ne cache pas que son développement passe par le marché parisien.
    Stéphan Marty a lancé Les potions d’oc voilà moins d’un an à Pont-de-Salars et il ne cache pas que son développement passe par le marché parisien. Rui Dos Santos
Publié le
Rui DOS SANTOS

Toute jeune entreprise, née de la reprise de la distillerie Gayral à Sanvensa, elle va proposer, aux Parisiens, à l'occasion de Mont-Aveyron, place des Abbesses, au pied de la Butte de Montmartre, ses eaux de vie, ses liqueurs, ainsi que ses apéritifs.

Avec son DUT (diplôme universitaire de technologie) en génie mécanique, il aurait pu œuvre dans l’aéronautique et faire ensuite carrière comme ingénieur... Après avoir été livreur à La brasserie de l’Aveyron, il a préféré faire une licence RDC (responsable du développement commercial), à la chambre de commercre et d’industrie (CCI).

Il a alors hérité d’un CDI dans l’entreprise de Laurent et Jocelyne Molinié, et Thierry Lassauvetat, au cœur de la zone artisanale de Bel-Air, à Onet-le-Château. Qui a tourné court puisqu’il a, très vite, volé de ses propres ailes.

Après plus d’un siècle d’existence, avec une succession assurée par trois générations, la distillerie Gayral, à Sanvensa, a changé de mains, de famille et de nom. Ses filles n’étant pas intéressées par une reprise de l’activité (création et vente de spiritueux), Paul Gayral a ainsi vendu son entreprise située près de Villefranche-de-Rouergue à Stéphan Marty.

"Je trouvais que j’étais un peu jeune mais, de fil en aiguille, l’affaire a été conclue", indique l’intéressé. Il l’a rebaptisée Les potions d’oc et, vivant à Agen-d’Aveyron, le jeune homme de 24 ans, aux racines de Moyrazès, a saisi une opportunité, en installant son atelier de production dans un premier dépôt de 200 m2 à Pont-de-Salars, en juillet 2022. D’autant que son associé... Thierry Lassauvetat est originaire de là.

Au marché de Bercy en octobre

Très vite, il a dû pousser les murs et il a déménagé, six mois plus tard, pour doubler sa surface. Stéphan Marty a conservé les eaux de vie (vieilles prunes, vieilles poires, mirabelles, framboises...) qui ont fait la notoriété de la distillerie Gayral - "Elles sont connues et vraiment reconnues", confirme le maître des lieux - , et il a complété la gamme avec des liqueurs (menthe, citron, thé d’Aubrac, châtaigne, safran...) et des apéritifs (au roquefort, à la noix, au pissenlit, ratafia blanc, rouge, rosé ou de coing...).

Il va les servir les 24 et 25 juin, sur le stand n°14 de Mont-Aveyron, place des Abbesses, à Montmartre : "Comme c’est une première édition, on va prendre nos meilleures ventes car il n’est pas question de trop se mouiller".

Le jeune Aveyronnais en dit plus sur sa présence à cette opération : "J’ai envie de développer l’activité sur Paris et cet événement semble une bonne occasion. On va ainsi bénéficier d’une visibilité supplémentaire, se réjouit-il. Ce n’est que du plus, que du bonus. L’idée est de monter à la capitale trois fois par an. Du coup, quand il y a un marché, c’est une aubaine".

Il y aura, ensuite, celui de Bercy en octobre. En attendant, Stéphan Marty va continuer à "travailler avec les professionnels" : cafés, hôtels, restaurants, cavistes, épiceries, épiceries fines et avec quelques revendeurs, installant les produits dans les rayons de la GMS.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?