Affaire Patricia Wilson : le jardinier bientôt jugé ?

  • Que s’est-il passé dans cette maison de Vabre-Tizac, durant l’été 2012.
    Que s’est-il passé dans cette maison de Vabre-Tizac, durant l’été 2012. Archives CP
Publié le , mis à jour

Justice. Deux ans après la disparition de la Britannique de Vabre-Tizac, dont le corps reste introuvable, malgré de nouvelles recherches, le seul suspect, Jean-Louis Cayrou, est encore en détention provisoire.

Il y a deux ans, le 17 août 2012, était signalée la disparition de Patricia Wilson. Depuis ce jour, la retraitée britannique, qui s’était installée cinq ans auparavant dans un hameau de Vabre-Tizac, n’a plus donné signe de vie.

Dans cette affaire, de forts soupçons de meurtre pèsent sur Jean-Louis Cayrou, le jardinier et amant de Patricia Wilson. C’est d’ailleurs, pour l’heure, le seul suspect dans ce dossier comportant de nombreuses zones d’ombre. Mis en examen pour assassinat le 25 août 2012, celui-ci a été écroué dans la foulée. Mais, depuis le premier jour, il nie toute implication dans cette disparition.

Nouvelles pistes

L’Anglaise a-t-elle été tuée ? Si oui, comment et par qui ? Les interrogations demeurent autour de cette affaire. Une chose est sûre, le corps de Patricia Wilson n’a toujours pas été retrouvé. "De nouvelles recherches ont été menées cette année, et de nouvelles pistes ont été explorées. Mais sans succès", déclare Patrick Desjardins, vice-procureur de la République du parquet de Montpellier. "Ce qui est problématique pour la famille qui, du coup, ne peut pas faire son deuil". En revanche, concernant les soupçons pesant sur le suspect, il estime qu’"un très grand nombre d’éléments laissent entendre que (la retraitée britannique) est décédée et le mettent en cause".

Crime passionnel ?

Pour le parquet montpelliérain, le crime passionnel demeure la clef de l’affaire. La relation qu’entretenait Patricia Wilson avec Jean-Louis Cayrou, à laquelle elle affirmait vouloir mettre un terme, ainsi que les nombreuses traces de sang trouvées dans la voiture du jardinier sont autant de charges qui pèsent contre le seul suspect, âgé de 52 ans. En février, le juge d’instruction chargé de l’affaire faisait part de son intention de boucler le dossier. Aujourd’hui, selon Patrick Desjardins, "l’instruction touche à sa fin", "malgré des sollicitations de l’avocat de Jean-Louis Cayrou (MLévy, du barreau de Toulouse) qui a demandé un certain nombre d’actes (de nouvelles auditions, par exemple)."

Un procès en 2015

Aussi, le vice-procureur indique que l’ordonnance de mise en accusation pourrait être rédigée "d’ici à deux ou trois mois". Le jardinier sera alors jugé dans l’année qui suit, au palais de justice de Rodez. En début d’année, avec l’appui de son conseil, Jean-Louis Cayrou avait fait part de son souhait de recouvrer la liberté en mettant fin à sa détention provisoire. Mais le juge des libertés et de la détention (JLD) de Montpellier a décidé de prolonger son incarcération de six mois. Une incarcération qui arrive à son terme à la fin du mois d'août, date à laquelle le prévenu devrait retrouver le JLD pour évoquer à nouveau une demande de liberté. Comme le dit le magistrat du parquet, "il y aura certainement un débat". Pour l’heure, le mystère demeure autour de la disparition de la Britannique de Vabre-Tizac.

C.L et P.H
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Le Bas Ségala

193000 €

Idéalement située entre Villefranche de Rouergue et Rieupeyroux, belle mais[...]

109000 €

Cet immeuble abritant cinq appartements est situé dans un beau village à 15[...]

196000 €

J’ai le plaisir de vous présenter cette propriété située dans un hameau, av[...]

Toutes les annonces immobilières de Le Bas Ségala
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?