Lévezou Sud-Aveyron

Un projet de transformateur divise la population de St-Victor-et-Melvieu

  • Une dizaine de militants ont investi le lieu-dit La Plaine, où doit être construit le transformateur.
    Une dizaine de militants ont investi le lieu-dit La Plaine, où doit être construit le transformateur. José A. Torres / José A. Torres
  • Actuellement en service, une première centrale, celle de Plagnol, est construite entre les hameaux de Saint-Victor et de Melvieu.
    Actuellement en service, une première centrale, celle de Plagnol, est construite entre les hameaux de Saint-Victor et de Melvieu. José A. Torres / José A. Torres
  • Ci-dessus, un photomontage réalisé par RTE illustrant le projet. L’entreprise prévoit d’utiliser la topologie du terrain afin «de réduire l’impact visuel». Le bâtiment pourra faire transiter jusqu’à 400 000 volts et sera positionné sur une plateforme  qui sera décaissée de plus de 10 mètres.
    Ci-dessus, un photomontage réalisé par RTE illustrant le projet. L’entreprise prévoit d’utiliser la topologie du terrain afin «de réduire l’impact visuel». Le bâtiment pourra faire transiter jusqu’à 400 000 volts et sera positionné sur une plateforme qui sera décaissée de plus de 10 mètres. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner

Environnement. Depuis 2010 et l’annonce de la construction d’un important transformateur électrique par RTE, les habitants de la commune se partagent entre craintes et espoirs sur ce projet d’ampleur.

Entre manne financière et mise en danger du tourisme dans la région; entre craintes pour l’environnement et la santé et espoirs de voir toute une région se dynamiser... C'est tout un village, celui de Saint-Victor-et-Melvieu qui est divisé. En cause, un projet de construction d’un important transformateur électrique par RTE qui oppose les quatre-vingts âmes du village du Sud-Aveyron. «Le compte des pour et des contre est vite fait», plaisante un riverain.

Un coin «dénaturé»

Au loin, les éoliennes du Lévezou se détachent à l’horizon. Une ligne à haute tension traverse la vallée du Tarn de part en part. «Le coin est assez dénaturé sans que l’on rajoute une installation gigantesque, estime cet habitant du village. Je suis né ici et je ne veux pas voir un tel chantier juste à côté de chez moi.» «Ce projet de transformateur en appelle d’autres, craint-il, les lignes à haute tension vont fleurir d’ici quelques années.» Un argument repris par l’association Plateau Survolté, qui milite depuis 2010 contre la construction de ce transformateur.

Actuellement en service, une première centrale, celle de Plagnol, est construite entre les hameaux de Saint-Victor et de Melvieu.
Actuellement en service, une première centrale, celle de Plagnol, est construite entre les hameaux de Saint-Victor et de Melvieu. - José A. Torres

«Ce projet de transformateur est démesuré»

Lionel, membre du collectif, s’interroge sur «notre façon de consommer. Peut-on continuer à vouloir produire toujours plus ? Construire toujours plus grand ? Ce projet de transformateur est démesuré». Un peu moins de cinq hectares de terrains agricoles sur les hauteurs de Saint-Victor-et-Melvieu, au lieu-dit La Plaine, seraient consacrés à ce transformateur voulu par RTE (Réseau de transport d’électricité). 

«Gâcher autant de terres cultivables, alors que celles-ci se font rares, c’est une aberration», renchérit Lionel. Un autre habitant de Melvieu qui milite également contre ce transformateur s'interroge. «Pourquoi ne pas agrandir celui déjà important de Plagnol», qui se situe entre les hameaux de Saint-Victor et de Melvieu. Avec l’installation d’une ZAD sur le plateau de La Plaine, ce dernier redoute également «la venue de personnes qui sont étrangères à notre combat. Je ne veux pas manifester avec eux et c’est un sentiment partagé par de nombreux habitants du village».

Des commerçants plutôt favorables

Ceux qui sont partagés, ou carrément favorables au projet de transformateur électrique, ce sont les commerçants. L’un d’eux, installé à l’entrée du village, espère que la venue des ouvriers «va dynamiser le commerce». «Un projet comme celui-ci représente deux ans de travaux et des dizaines d’ouvriers qui viendront se restaurer à Saint-Victor-et-Melvieu», espère-t-il. «Et pourquoi les ouvriers ne s’installeraient-ils pas sur place avec leur famille?», se prend-il à rêver.

Ci-dessus, un photomontage réalisé par RTE illustrant le projet. L’entreprise prévoit d’utiliser la topologie du terrain afin «de réduire l’impact visuel». Le bâtiment pourra faire transiter jusqu’à 400 000 volts et sera positionné sur une plateforme  qui sera décaissée de plus de 10 mètres.
Ci-dessus, un photomontage réalisé par RTE illustrant le projet. L’entreprise prévoit d’utiliser la topologie du terrain afin «de réduire l’impact visuel». Le bâtiment pourra faire transiter jusqu’à 400 000 volts et sera positionné sur une plateforme qui sera décaissée de plus de 10 mètres. - José A. Torres

Ph.H.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir