Barrages hydrauliques

Barrages : nouvelle manifestation contre la privatisation des concessions

  • Une trentaine de salariés du groupement hydraulique EDF Lot-Truyère (Mur-de-Barrez, Entraygues, Montézic, Aurillac et Brommat) ont fait grève devant l’usine de Brommat.
    Une trentaine de salariés du groupement hydraulique EDF Lot-Truyère (Mur-de-Barrez, Entraygues, Montézic, Aurillac et Brommat) ont fait grève devant l’usine de Brommat. OC - OC
Publié le / Modifié le S'abonner

Une trentaine de salariés du groupement hydraulique EDF Lot-Truyère (Mur-de-Barrez, Entraygues, Montézic, Aurillac et Brommat) ont fait grève hier devant l’usine de Brommat justement pour s’opposer à la privatisation des concessions hydrauliques

Après Entraygues et Campouriez, les salariés EDF ont manifesté mercredi à l’usine de Brommat. Une trentaine de salariés du groupement hydraulique EDF Lot-Truyère (Mur-de-Barrez, Entraygues, Montézic, Aurillac et Brommat) ont fait grève hier devant l’usine de Brommat justement pour s’opposer à la privatisation des concessions hydrauliques. «C’est dans la continuité du mouvement lancé le 4 novembre dernier à Entraygues suite à l’injonction de Bruxelles de mettre en demeure la France pour la mise en concurrence des concessions», rappelle Laurent Duplessis, délégué syndical CGT. Depuis cette annonce, il s’agit du troisième mouvement de grève suivi en moyenne par 75% des salariés, au nombre de 150 concernant le groupement Lot-Truyère.

La date butoir fixée au 22 décembre 

L’ensemble des organisations syndicales d’EDF réclame une prolongation des concessions «comme cela s’est fait dans toute l’Europe sauf la France» et de créer un pôle public de l’énergie «avec Total, Engie et Areva». Reste à attendre le 14 décembre, jour où le ministère de l’Environnement par la voix de Ségolène Royal se prononcera sur ce dossier avant la date butoir fixée au 22 décembre par Bruxelles. Outre le groupement Lot-Truyère en Aveyron, quatre autres groupements (Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne, Loire) ont pris part à ce mouvement national puisque les groupements des Alpes et des Pyrénées s’étaient mis en grève en matinée. En bloquant les machines, plus de 10 500 MW ont ainsi été retirés du réseau EDF.

O.C.
Sur le même sujet
Réagir