Un trio à la tête des JA pour relancer l'installation des jeunes

  • De gauche à droite, Clément Lacombe, Germain Albespy, Anthony Quintard et Sébastien Granier.
    De gauche à droite, Clément Lacombe, Germain Albespy, Anthony Quintard et Sébastien Granier. PH
Publié le

Agriculture. Les Jeunes agriculteurs ont présenté leur nouveau bureau. 

Ce n’est plus un président, mais trois coprésidents qui prendront les rênes des Jeunes agriculteurs en Aveyron. Ces trois visages, déjà connus au sein du syndicat, vont représenter les agriculteurs de moins de 35 ans.

Une "multi-présidence" comme revendiquée par les intéressés, constituée de Sébastien Granier (34 ans), ancien président et éleveur porcin et bovin viande sur le canton de Baraqueville-Naucelle, d'Anthony Guitard (26 ans), producteur de volailles et bovin viande dans le secteur de Conques-Marcillac et dee Germain Albespy (33 ans), éleveur près de Rieupeyroux.

Producteur ovin-lait sur le canton de Millau et ancien vice-président, Clément Lacombe (30 ans) devient  secrétaire général. «C’est une organisation qui convient bien à la charge de travail qu’exigent les JA, souligne Anthony Quintard. Chaque responsable aura à sa charge un secteur, dont il est spécialiste.»

Les aides à l'installation se font attendre

Dans cette nouvelle organisation, Sébastien Granier aura, entre autre, pour mission de préparer «l’arrivée en douceur des deux autres coprésidents»  à la tête du syndicat qui entend poursuivre ses actions menées en faveur de l’installation des jeunes agriculteurs dans le département. Moins de 100, comptabilisées en 2015

«Pour le début de l'année 2016, nous sommes en retard sur une vingtaine de dossiers», déplore Anthony Quintard. Pourtant, «le potentiel des jeunes est là mais les lourdeurs administratives ralentissent les choses». En cause, la nouvelle organisation territoriale.

L'Aveyron désormais noyé au milieu des treize autres départements de la nouvelle grande région, «subi ces changements d’échelle, et les dossiers d’aides n’avancent pas aussi vite que nous le souhaitons», explique Sébastien Granier.

Toujours moins d'agriculteurs

Un constat d'autant plus préjudiciable que le ratio entre agriculteurs installés et agriculteurs sur le départ, -de l'ordre d'une installation pour 2,3 départs-, et très défavorable aux premiers. Si ce projet de mandature fera une large place à cette problématique d'avenir pour l'agriculture aveyronnaise, d’autres revendications chères aux JA (défense des revenus, promotion du métier d’agriculteurs, renouvellement des générations, organisation de la fête de l’agriculture) seront également défendues par le nouveau bureau qui comme le souligne le syndicat, "représente à lui seul l'ensemble des filières principales en Aveyron". 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?