Déclin des centres-villes : Rodez donne des idées de riposte

  • Après une matinée consacrée à des échanges, les managers, pour qui la neige n’est pas un atout, ont visité le centre-ville.
    Après une matinée consacrée à des échanges, les managers, pour qui la neige n’est pas un atout, ont visité le centre-ville.
Publié le
Centre Presse / Philippe Routhe

Les commerçants de Rodez le connaissent pour ainsi dire tous. Vous l’avez même peut-être aperçu sur son vélo rouge sillonner la ville. C’est William Fraysse. Profession : manager de centre-ville. Depuis son entrée en fonction, la ville se félicite des résultats obtenus en terme de redynamisation commerciale du piton. C’est une des raisons pour laquelle, elle a accueilli, hier, les managers de sept autres villes de Région (1). « Rodez fait partie des villes de la région les plus en avance sur cette démarche », explique Catherine Maire, coordinatrice du réseau manager pour la CCI de région.

C’est en 2013 que la ville a opté pour cette démarche, sur l’impulsion notamment du libraire ruthénois Benoît Bougerol. « Il nous a fait cette suggestion, nous sommes allés en Belgique pour voir comment cela se passait, car ils sont bien plus en avance que nous sur ce sujet, raconte Monique Bultel-Herment, première adjointe à la ville de Rodez. Et nous avons été convaincus. Avec toutefois la condition de ne pas se tromper de profil. Et à Rodez, une des caractéristiques liés aux problèmes de vacances des commerces, était le prix élevé des locations ». La candidature de William Fraysse, ancien agent immobilier, paraissait donc du sur-mesure.

Quatre ans après, la ville se plaît à afficher des résultats probants. « Sur 497 commerces, nous avons un taux de vacances de 8, 5 %. Il était de 17,5 en 2014 ». Beaucoup de villes aimeraient en dire autant. « Mais nous ne sommes pas là pour donner des leçons, tempère William Fraysse. Nous sommes plus dans une relation de partage d’expérience avec les autres managers ».

Le partage, selon Monique Herment-Bultel, est d’ailleurs une des clés de cette réussite. « Avant 2013, commerçants, élus, responsable de la CCI ne se parlaient pas vraiment. Aujourd’hui, le manager de centre-ville joue ce rôle de plateforme d’échanges. Et c’est important car nos commerces sont un atout précieux pour la ville. Ils créent ce lien social qui est vital. »

Reste à adopter la bonne démarche. Car, comme cela est rapidement apparu lors de cette réunion, il n’y a pas une méthode miracle (cela se saurait) mais des outils adaptés au territoire. On ne manage pas de la même manière le centre-ville de Rodez et celui de Lourdes ou celui de Gaillac. « À Rodez, la dimension culturelle et la configuration touristique sont à prendre en compte », lance Catherine Maire. « On peut parler de boîtes à outils », convient-elle pour résumer le travail de coordination de la CCI et l’organisation d’une journée comme celle d’hier. Avec toutefois deux piliers majeurs à appréhender selon Monique Herment-Bultel et qui sont le lot de toutes les villes : « Le virage numérique et la déstructuration des centres-villes en périphérie avec la création d’importantes surfaces commerciales ».

Étant entendu que la volonté politique prime dans ce débat-là. La présence d’élus aux côtés des managers de centre-ville en témoigne. À Rodez, elle roule en faveur du manager et de son vélo rouge.

(1) Des représentants des villes de Foix, Pamiers, Villefranche-de-Rouergue, Revel, Lourdes, Gaillac, Castelsarrasin, Montauban et Cahors étaient présents, hier.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?