Course à pied - Trail

Ekiden de Rodez : Triathlon 12 garde son bien

  • Jean-Vincent Carbou franchissant la ligne d’arrivée.
    Jean-Vincent Carbou franchissant la ligne d’arrivée.
S'abonner Mis à jour le -- partages
Après 2h21’20’’ d’efforts hier soir dans les rues de Rodez, les spécialistes aveyronnais des épreuves combinées ont encore remporté un marathon en relais qui aura réuni au total 1 230 coureurs dans une ambiance sportive et festive.

Ils ont refait le coup ! Comme l’an passé sur l’Esplanade des Rutènes à Rodez, les gars en rouge et jaune de Rodez Triathlon 12 affichaient de larges sourires hier soir peu avant 22 heures.

Malgré d’intenses efforts, ils le pouvaient. Ils venaient de conserver leur bien, remportant la deuxième édition de l’ekiden de Rodez.

« Une chose est sûre, l’objectif est de s’imposer à nouveau, confiait le capitaine vainqueur Nicolas Vacquier dans nos colonnes hier avant la course. Notre succès l’an passé nous a permis de trouver un partenaire pour la D1 (championnat élite de duathlon auquel participe Rodez Triathlon 12, NDLR). Du coup, on se doit de remontrer le maillot et de figurer au mieux. Pour nous, c’est aussi important qu’une manche de D1. »

Et force est de reconnaître que lui et ses hommes ont joint les actes à la parole, franchissant la ligne d’arrivée en premier après 2h21’20’’ d’efforts (17,91km/h de moyenne). Soit près d’une 1’30 de plus qu’en 2017, mais autant ou presque d’avance sur le deuxième, Endurance shop Millau (2h22’46’’).

Pourtant, le succès aura mis du temps à se dessiner. C’est en réalité dans le tout dernier relais, celui où l’on parcourt les 7,195 km des 42,195, que tout s’est décidé puisqu’avant ça les deux formations se livraient un mano a mano. Là, le dernier relayeur de Rodez Triathlon 12, Jean-Vincent Carbou (qui était déjà là lors du succès précédent), a largement creusé l’écart.

« J’ai débuté mon relais en deuxième position, à 30 mètres derrière mon adversaire, éclairait-il sur la ligne d’arrivée encore essoufflé. Je l’ai rattrapé dans les 500 premiers mètres, puis au train, je suis passé devant dans la portion sinueuse, on l’avait bien repérée avant. Progressivement l’écart s’est fait. Ça s’est joué au mental. »

« Bravo, c’est super ! », coupe le capitaine Vacquier, venant féliciter celui qu’il avait mis sur orbite en tant que cinquième relayeur. D’autant que la participation de Jean-Vincent Carbou n’était au départ pas prévue cette année.

« Il a remplacé un gars de chez nous au pied levé, indiquait le président du club Dominique Granier. C’est fort ce qu’ils ont fait même si j’avais une totale confiance en eux. Et très positif à plusieurs titres : d’abord pour le capital confiance en D1, mais aussi pour l’image du club sur le Ruthénois... »

« Tactiquement, notre stratégie a été payante » analysait encore un Nicolas Vacquier qui comptait bien fêter cette victoire dignement même si la compétition reprendra vite le dessus : « ça peut aussi nous servir de bonne préparation collective pour la prochaine manche de duathlon, le 2 septembre aux Herbiers. Ce sera la quatrième et il en reste trois. Il faut absolument qu’on se maintienne en D1. »

À noter aussi le joli tir groupé des « Endurance shop » puisque si les Millavois terminent deuxièmes, les Ruthénois complètent, eux, le podium (2h26’02’’).

Derrière, la course a permis également de belles empoignades. Et fidèles aux valeurs de ce genre d’épreuves, les « amateurs » voire les néophytes en ont pris plein les jambes, participant pleinement au succès d’une manifestation qui aura réuni des centaines de personnes dans les rues ruthénoises.

Entre ambiance festive (lire par ailleurs) et performances sportives.

À lire aussi
Réagir