Tourisme

Le camping à la ferme fête ses 50 ans… à Naucelle !

  • La famille Malgouyres est depuis un demi-sicècle dans le tourisme fermier.
    La famille Malgouyres est depuis un demi-sicècle dans le tourisme fermier. - FC
S'abonner Mis à jour le -- partages


En France, le concept aurait notamment pris son envol dans le Naucellois, à la Borie-Basse en particulier.

Le concept de camping à la ferme, il vient d’ici, il vient de là. Et pas de beaucoup plus loin. Plus précisément de Naucelle, voilà tout juste 50 ans.

C’est en tout cas ce que révèle Pierre-Jean Malgouyres, fils de Raymonde et bernard, dont l’exploitation agricole, au hameau de la Borie-Basse, fut la « ferme de base » d’une démarche engagée à l’époque par le Comité d’action et de rénovation du Naucellois (Carrnau), présidé par Paul Cousty.

Comme l’explique Pierre-Jean Malgouyres, « pour redynamiser et donner un nouvel élan au pays naucellois, le Carrnau imagina une formule qu’il appela Camping caravaning en ferme d’accueil ». Sur le territoire concerné, soit 12 communes, l’expérience débuta dans 8 fermes, jusqu’à voir, quelques années plus tard, 28 exploitations prendre ce même chemin du camping à la ferme.

Les « bandes fermières »

En son temps, l’accueil des familles de campeurs (5 familles maxi par exploitation) associait les vacances à la campagne, la participation éventuelle aux travaux agricoles, la découverte de la vie rurale et du quotidien des agriculteurs. Comme le souligne encore Pierre-Jean Malgouyres, « les campeurs devenaient souvent les amis du fermier, partageant avec lui et avec sa famille les apéritifs, les sorties, les soirées festives… Il y avait surtout les veillées du mercredi. Sur un site tournant du Naucellois, chaque été, les « bandes fermières », comme on les appelait, et la population locale se réunissaient pour passer un bon moment ensemble. » Les liens ainsi tissés étaient parfois forts et, pour certains, ont résisté au temps.

Cette fidélité, on en pu en mesurer la force samedi dernier. La Borie-Basse, dernière ferme d’origine qui accueille encore des campeurs de façon continue depuis un demi-siècle, a souhaité marquer l’événement en organisant une journée de réjouissances. Une centaine d’invitations a été lancée, à destination des campeurs de la première heure. La plupart a répondu présent et fait le déplacement depuis la Belgique, la Bretagne (lire ci-dessous), la Vendée, la Moselle, les Pyrénées ou la Côte d’Azur. Certains ne s’étaient pas revus depuis des années, 20 ans pour certains, et les retrouvailles ont été chaleureuses.

- FC

Corvée de patates

La bise et le tutoiement sont de mise. Ou quand on perçoit que tous ceux qui ont planté la tente sur le terrain aménagé de la Borie-Basse sont pour ainsi dire entrés dans une véritable famille.
Car c’est bien d’esprit familial dont il convient de parler quand on voit les uns et les autres se parler, travailler ensemble à l’organisation du week-end, se raconter ces années durant lesquelles ils s’étaient quelque peu perdus de vue.

Et donc, à mesure de leur arrivée sur le site, chacun a participé à sa manière à la mise en place de la soirée, épluchant les pommes de terre pour l’aligot du soir ou mettant la table, avant de prendre part aux différentes activités proposées : balades à cheval ou à dos-d’âne, rando, pétanque, ping-pong… Le soir venu, tout le monde s’est régalé du méchoui préparé par Bernard Malgouyres, tout en visionnant un diaporama retraçant, fallait-il s’y attendre, 50 ans de camping à la ferme du côté de la Borie-Basse.
 

Réagir