Le Ruthénois Géraud Tournier, sommelier de luxe

Abonnés
  • Géraud Tournier, toujours autant passionné par son métier.
    Géraud Tournier, toujours autant passionné par son métier. CPA / CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Agé de 40 ans, ce Ruthénois, qui a travaillé dans de nombreuses maisons étoilées en tant que sommelier, est actuellement directeur de la restauration dans un palace de Courchevel.

Le vin n’a plus de secret pour Géraud Tournier. Le luxe, non plus. Car depuis presque vingt ans, ce Ruthénois travaille en tant que sommelier, et plus récemment directeur de la restauration, dans des adresses toutes aussi luxueuses que les autres… Tout a commencé au lycée hôtelier de Saint-Chély-d’Apcher.

Son BTS en poche et une passion toujours plus forte pour le vin au fil des années, il se dirige vers le métier de sommelier à l’école de Tain-L’Hermitage (Drôme). Depuis, son CV laisse rêveur : une première expérience au Louis XV d’Alain Ducasse à Monaco, huit années chez les frères Troisgros à Roanne pour "revenir à la terre", un poste de sommelier en chef au Pavillon Ledoyen à Paris… et de nombreuses distinctions : meilleur élève sommelier de France en 2000, sommelier de l’année au Pudlo 2010.

L’hiver à Courchevel, l’été au soleil

"Je n’ai jamais connu un tel degré de luxe que chez Ducasse à Monaco. On avait une des plus belles caves d’Europe avec près de 500 000 bouteilles", confie-t-il tout en se remémorant quelques grands crus qu’il a pu goûter durant ces premières années d’exercice : Petrus 1961 ou encore un Cheval-Blanc 1945…

Aujourd’hui, Géraud Tournier a pris de la hauteur du côté de Courchevel, à l’Apogée. Outre la carte des vins, il gère également d’une main de maître les 200 couverts quotidiens de l’affaire en tant que directeur de la restauration. Avec toujours autant de passion : "Courchevel, c’est un autre monde, c’est le royaume des oligarques russes. Ici, on prend des douches au Dom Perignon, c’est un peu la loi du ‘‘toujours plus’’ ! Mais avec le vin, les barrières sociales tombent. Le vin, c’est aussi de l’Histoire, de la géographie, des rencontres. C’est tout cela qui m’a toujours passionné dans mon métier. Et il ne faut pas oublier que tous ces gens, très riches, nous font également travailler…".

À l’instar de nombreux saisonniers aveyronnais de l’autre côté de la vallée, à Val Thorens, Géraud Tournier s’offre tous les étés un bain de soleil du côté de la Côte-d’Azur. Non pas en lézardant sur les plages mais en assurant également la fonction de directeur de la restauration dans une autre maison luxueuse : le Château Saint-Martin à Vence. Une vie de sommelier de luxe au parcours sans faute… Sans jamais perdre de vue son département natal : "Je reviens dès que je peux car j’en ai vraiment besoin : l’Aveyron, c’est mon bol d’air frais."

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir