Le doux épilogue du Jardin littéraire

Abonnés
  • Sylvie, Laurence, Colette et Kristel ont choisi d’un commun accord et réflexion mûrie de mettre leur Jardin littéraire en éternelle jachère.
    Sylvie, Laurence, Colette et Kristel ont choisi d’un commun accord et réflexion mûrie de mettre leur Jardin littéraire en éternelle jachère.
Publié le

Voilà, c’est fini… mais sans nostalgie, sans tristesse, encore moins d’amertume. Dix-huit ans après avoir tracé un premier sillon, le Jardin littéraire ferme son album sur une ultime rencontre, samedi 13 mai, avec l’auteur Laurent Demoulin, lauréat du prix Rossel en Belgique pour son livre "Robinson".

C’est donc sur une note positive et toujours l’envie de partage que Sylvie Remes, une des pionnières de l’association et les trois "jardinières" qui l’ont rejointe plus tard, Kristel Groesil, Colette Marin et Laurence Wenzek, ont choisi de décliner la fin de l’histoire.

Que de souvenirs récoltés en 18 ans ! Souvenirs émus, joyeux, drôles, attachants, surprenants, plus tièdes aussi, mais qu’importe !

En tout, 39 auteurs invités, des conférences et la soupe des mots qui a commencé à mijoter en octobre 2014 et Boucle d’art en association avec Olt’His. "On a voulu varier les plaisirs et les genres", confient d’une même voix les quatre jardinières.

Le terme leur sied bien tant elles ont cherché au fil des années à semer des graines de culture sur ce territoire rural où celles-ci n’étaient pas comme aujourd’hui mises en lumière et accessibles à tous. Petit clin d’œil aussi à leur première pousse germée par deux maraîchères, Sylvie Remes et Solange Cayrade.

D’autres sont venues, se sont éloignées, jusqu’au noyau dur depuis longtemps.

Fières et heureuses

Voilà, c’est fini, mais sans nostalgie, avec la même conscience d’un essoufflement, d’une envie moins forte de continuer, chacune ayant évolué dans leurs choix de vie.

C’est donc d’un commun accord, après une longue réflexion, que toutes quatre ont décidé d’arrêter la belle aventure du Jardin littéraire.

"Fières et heureuses", comme elles le soulignent, du chemin tracé depuis 2001 qui accordait une attention toute particulière au caractère convivial et authentique de chaque rencontre et qui, à sa façon, tissait un lien entre notre communauté rurale et la culture.

"Des rencontres mais aussi des entretiens de qualité orchestrés par Sylvie, tout en écoute et sensibilité, qui savait amorcer et relancer le fil du dialogue à partir d’une phrase, d’un mot, d’une référence", insistent Kristel, Colette et Laurence. Voilà, c’est fini… mais sans nostalgie et tout en douceur.

Correspondant
Voir les commentaires
L'immobilier à Livinhac-Le-Haut

58000 €

Beaucoup de potentiel pour cette maison en pierres, composée d'une grande c[...]

127000 €

A VENDRE-Dans village Vallée du LOT- sur le GR 65, maison caractère rénovée[...]

117000 €

Home patrimoine immobilier vous propose de découvrir cette Maison de villa[...]

Toutes les annonces immobilières de Livinhac-Le-Haut
Réagir