Savoir-faire

Le Fabriqué en Aveyron "marque" les consommateurs

  • L’équipe du comité d’agrément de « Fabriqué en Aveyron » au grand complet.
    L’équipe du comité d’agrément de « Fabriqué en Aveyron » au grand complet. CPA - CPA
  • CPA - CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

L’estampille "Fabriqué en Aveyron" a déjà séduit de nombreuses entreprises, avec plus de 3 000 produits référencés. Pour le consommateur, un gage de proximité et de qualité.

En ce mardi pluvieux, l’ambiance est particulièrement studieuse dans les anciens locaux de l’office de tourisme de Rodez Agglomération, place Foch, où Aveyron Ambition Attractivité, l’agence d’attractivité départementale, a établi ses nouveaux quartiers. Comme tous les deux mois, le comité d’agrément de l’estampille "Fabriqué en Aveyron" est au travail. Aux côtés des deux chefs de projets d’AAA, Isabelle Ramon et Bertrand Vène, figurent des techniciens des chambres consulaires et du département : Corinne Mercier, conseillère entreprise, en charge de l’animation des filières, auprès de la CCI, Isabelle Sicard, directrice adjointe de la chambre d’agriculture, en charge de la promotion des produits, Amélie Combres, chargée de mission au pôle aménagement et développement du territoire du conseil départemental, et Bruno Romiguier, en charge du développement économique auprès de la chambre des métiers.

La petite équipe est chargée d’examiner les dossiers des candidats au Fabriqué en Aveyron. Ce jour-là, huit dossiers sont posés sur la table. Il y en a parfois plus du double, preuve de la pertinence et de l’efficience du concept. En 2018, le comité d’Aveyron Ambition Attractivité s’est réuni à cinq reprises, a examiné 83 dossiers et accordé l’agrément pour 294 nouveaux produits ou familles de produits.

Une marque collective

Devant le succès de la démarche, qui déjà séduit 410 entreprises, une marque collective a été déposée auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi), en 2014, avec la mise en place d’un règlement de marque et d’un référentiel.

La règle est simple. Peuvent bénéficier de l’agrément de "Fabriqué en Aveyron" les entreprises qui fabriquent leurs produits sur le territoire départemental, dès lors qu’au moins 50 % du prix de revient final du produit sont issus du territoire, conformément au code communautaire des Douanes. Sont également examinés le process de fabrication, ainsi que l’origine des matières premières. L’agrément est désormais accordé pour une durée de trois ans, pour une liste précise de produits. Au terme de ces trois années, l’entreprise doit effectuer une demande de renouvellement. Une entreprise déjà estampillée peut également déposer une nouvelle demande, pour d’autres produits.

L’Aveyron a une certaine notoriété pour sa gastronomie, la qualité de ses produits, son savoir-faire. Il fallait valoriser tout ça. Depuis 2010, l’objectif de l’estampille «Fabriqué en Aveyron» est de rattacher un produit à un territoire. Le produit aide à vendre le territoire et le territoire aide à vendre le produit. Il y a un lien très étroit entre les deux, mais cela passe, avant tout, par la qualité des produits. Au final, l’objectif est, bien évidemment, de développer l’activité économique, l’emploi et l’attractivité du département.
Jean-Claude Luche,  président d’Aveyron Ambition Attractivité  
 

Les bienfaits du consommer local

Le comité d’agrément veille, tout particulièrement, à favoriser un approvisionnement de proximité, pour des produits emblématiques fortement rattachés à la notoriété de l’Aveyron. Une notion de proximité, auxquelles les consommateurs sont de plus en plus attachés, comme le démontrent régulièrement diverses enquêtes et sondages.

Ainsi, dès 2009, selon une étude réalisée par l’Ifop, 89 % des Français interrogés estimaient que "Fabriqué en Aveyron" évoque "l’authenticité et la fabrication, selon un savoir-faire local." Pour 85 % d’entre eux, il s’agissait d’une "indication rassurante, qui montre que le produit est fabriqué ici", et pour 81 % "Fabriqué en Aveyron fait référence à un territoire respectueux de l’environnement." Dix ans plus tard, cette tendance favorable au consommer local n’a fait que s’accentuer avec 81 % des Français qui privilégient l’achat d’un produit fabriqué en France et 77 % de ces consommateurs qui cherchent à connaître l’origine d’un produit alimentaire avant de l’acheter.

Malgré un cahier des charges rigoureux, garant du sérieux de la démarche, très peu de dossiers sont désormais rejetés par le comité d’agrément. "Les gens connaissent les règles du jeu et il suffit parfois de quelques ajustements", soulignent conjointement les deux chefs de projets d’AAA, Isabelle Roche et Bertrand Vène.

Et si l’entreprise Rozière de Bozouls, spécialisée dans la fabrication de portes d’intérieur, fut la première du département à postuler pour obtenir la signature "Fabriqué en Aveyron", le Manoir d’Alexandre, l’entreprise espalionnaise spécialisée dans la fabrication de produits gastronomiques, dont sa fameuse caille fourrée au foie gras de canard, est celle qui compte, à ce jour, le plus de produits estampillés.

Sans mauvais jeu de mots, "Fabriqué en Aveyron" a véritablement pris ses marques, tant auprès des consommateurs que des producteurs et chefs d’entreprise. Dernier exemple parlant en date, la signature d’une convention avec EDF, qui permet d’envisager à terme la mise en place d’une offre d’électricité territoriale estampillée "Fabriqué en Aveyron", afin de valoriser la production hydroélectrique aveyronnaise. Comme quoi, le "made in Aveyron" n’a pas de limite.

Le chiffre

  • 410

Le nombre d’entreprises qui bénéficient du droit d‘usage de la signature «Fabriqué en Aveyron», au 10 avril 2019. Ce qui représente plus de 3 000 références produits.
Même si, et c’est logique, l’agroalimentaire se taille la part du lion avec un peu plus de la moitié des entreprises issues de ce secteur, de nombreux autres secteurs d’activité sont représentés. Citons notamment le secteur du bois, à travers la construction et l’ameublement, la mécanique, le textile, le cuir et l’habillement, la décoration ou bien encore l’édition.
 

Joël BORN
Sur le même sujet
Réagir