Vie commerçante

Villefranche-de-Rouergue : des changements, route haute de Farrou

  • Les Meubles Trébosc vont quitter la route haute de Farrou le 15 janvier.
    Les Meubles Trébosc vont quitter la route haute de Farrou le 15 janvier.
Publié le / Modifié le S'abonner

La zone se transforme, prenant un caractère professionnel, perdant de sa vocation commerciale. Les Meubles Trébosc et l’animalerie s’en vont. Le carreleur Phalip et un magasin de matériel hydraulique arrivent.

Des départs, des arrivées : en cette fin d’année, le paysage économique de la route haute de Farrou va connaître des évolutions. Si bien que cette zone d’activités étalée le long de l’axe routier pourrait perdre de sa vocation commerciale pour une destination plus artisanale ou professionnelle.

Ce qui est confirmé par la présence, déjà, d’un miroitier, d’un carrossier, d’un pisciniste, d’un marchand de matériel agricole, d’un cuisiniste, d’un dépôt de produits d’hygiène, de deux magasins de peinture, d’un garage, d’une métallerie, de deux quincailleries.

Sous le couvert de l’anonymat, un responsable de magasin lâche : "Rien n’est fait pour cette route. Commercialement, elle ne vaut plus rien."

Pourtant, ce ne sont pas moins de six mille véhicules par jour qui l’empruntent.

Un flux significatif pour amener du chaland. Ce que des artisans soulignent.

Pour le moment, deux départs (un troisième est dans les cartons) et deux arrivées sont actés. Depuis quelques jours, deux grandes affiches apposées sur la devanture l’annoncent : liquidation totale. Les Meubles Trébosc s’apprêtent à quitter leurs locaux. Un départ qui sera effectif au 15 janvier. Jean-Michel et Valérie Trébosc vont déplacer leur activité de vente de meubles et de literie au plus près du centre-ville, avec deux projets, dont un magasin qui pourrait ouvrir à la mi-juin sur la place Fontanges.

Animalerie O’Tisanimo

Installée depuis le mois de mars 2 014 dans le bâtiment de Soviferm, l’animalerie O’Tisanimo s’apprête à déménager avenue du Quercy, dans les anciens locaux des Etablissements Salson, partis un peu plus haut sur la route de Montauban. Un déplacement prévu pour la mi-décembre, avant les fêtes de Noël. "Nous nous mettons dans une zone commerciale, alors que nous étions dans une zone plutôt artisanale", explique sa responsable, confirmant notre analyse. L’animalerie bénéficiera aussi d’un espace plus vaste, avec 240 m² de surface de vente et 30 m² pour le toilettage.

Carrelages Phalip

Jonathan Phalip va installer, au 1er janvier, le dépôt de son entreprise de carrelage dans le bâtiment qu’occupait l’enseigne de pneus, Euromaster. Il y créera aussi une exposition, mais sans vente. Aujourd’hui au Mas de Souyri, il se déplace pour bénéficier d’une meilleure visibilité. Avec un espace de 600 m², il gagnera aussi de la place.

Interflex Aveyron

Nouvelle entreprise qui s’installe, c’est Interflex Aveyron de Patrice Pons. Ce dernier, originaire de Maleville, a créé, il y a cinq ans à Cournon-d’Auvergne, près de Clermont-Ferrand, une société spécialisée dans le matériel hydraulique pour professionnels (agricole, industriel, travaux publics) et pour particuliers. Il a décidé d’implanter un magasin, avec un point de stockage, à Villefranche et créé un emploi pour le tenir. L’ouverture est prévue pour la fin de ce mois de novembre.

Daniel Colomb. « La route de Montauban a créé un déséquilibre majeur »

Administrateur de la Chambre de commerce et d’industrie, et installé sur cette route haute de Farrou, Daniel Colomb ne peut que porter qu’un regard averti sur l’évolution que subi la zone. D’abord, à ses yeux, ce n’est pas la route qui est en cause, mais le commerce qui s’est concentré sur la route de Montauban.
« Toutes les autres zones, et en premier lieu le centre-ville, souffrent de cette aspiration. La route de Montauban a créé un déséquilibre majeur. Les autres axes ont moins d’attrait ».
L’élu de la chambre consulaire met en avant aussi le recul de la zone de chalandise de Villefranche. Il s’appuie sur une étude de la CCI, présentée en 2017, sur le niveau d’activité des principaux pôles et leur évolution depuis 2009. Les chiffres sont assez édifiants. Villefranche connaît une baisse de 7 %, alors que Rodez augmente de 15 %, Albi
de 12 %, Saint-Affrique - Vabres de 11 %, Montauban et Castres de 9 %, Espalion de 5 %. Seul Decazeville-Aubin fait pire avec une chute de 17 %. « Le centre de Villefranche s’est effondré et n’est pas compensé par les surfaces extérieures », relève-t-il. Concernant la route de Farrou, Daniel Colomb constate aussi un changement de vocation. « Elle est devenue plutôt technique, essentiellement destinée aux professionnels ». Exemple, la reprise du local d’Euromaster par un artisan.

Guy Labro
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

75000 €

A deux minutes à pied du centre ville, dans résidence au calme, T2 composé [...]

1250000 €

BIEN HISTORIQUE ! ANCIENNE BANQUE DE FRANCE. Immeuble de 1 300 m2 de bureau[...]

399000 €

Dans un superbe cadre de verdure, ancien moulin a eau et ses dépendances, r[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir