Rodez : Ode à la beauté avec la biennale du livre d’artiste

  • Inauguration et émotion pour un week-end poétique.
    Inauguration et émotion pour un week-end poétique. O.C.
  • Inauguration et émotion pour un week-end poétique.
    Inauguration et émotion pour un week-end poétique. O.C.
Publié le

L’association des Amis du musée Soulages organise ce week-end la deuxième édition à la salle des fêtes.

Le livre d’artiste n’est pas un livre d’art mais une œuvre à part entière", dit Bernard Cayzac, président de l’association des Amis de Soulages, reprenant à son compte la définition de Guy Schraenen. Effectivement, à la vue des créations des trente-deux exposants venus de toute la France, le livre d’artiste attire par sa beauté dès le premier regard. Tel est son dessein. "On n’est pas des illustrateurs, on fait une proposition par rapport à la poésie. C’est la rencontre avec le poète, c’est tout une aventure. C’est la recherche à la matière", déclarent Danielle Loisel et Laurence Toussaint, respectivement peintre et photographe, œuvrant pour mettre en valeur les mots. "Un auteur, un artiste et les deux font une œuvre. Un et un font un", dit en ce sens Jean-Paul Ruiz, plasticien. Le livre d’artiste est donc le fruit d’une rencontre heureuse, enrichissante et parfois fortuite.

Rencontres et gants blancs

Comme celle de Danielle Loisel avec François Cheng en 2000 qui lui a donné envie de créer des livres d’artiste. "Je l’ai rencontré lors d’une exposition à Tours et j’avais son livre "Vide et plein" qui m’a nourri. On était tous les deux émus et nous avons débuté une relation épistolaire". Et de conclure : "Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous". Des belles rencontres comme celle encore avec Bernard Cayzac lui-même lors de la première édition de la biennale donnant naissance à l’ouvrage d’art "Le chant des vignes". L’autre détail qui définit le livre d’artiste est le colophon, situé en fin de page indiquant l’auteur, sa signature, le titre de l’œuvre, le nombre de tirage limité qui en fait sa rareté, donc son attrait auprès des collectionneurs. D’où l’utilisation de gants blanche pour toucher les livres. Des livres protéiformes, unique, précieux, avec une ligne directrice : la beauté.

Programme

La biennale se poursuit ce dimanche 10 novembre avec 32 exposants de 10 h à 18 h. Entrée 3 €. À noter qu’un coup de projecteur est proposé sur la collection de livres d’artistes de la médiathèque de Rodez et sur les ateliers pédagogiques de l’association Artefact et des scolaires.
En parallèle de la biennale, des expos sont visibles au manoir St-Félix sur André-Pierre Arnal jusqu’à lundi, à la Menuiserie sur Diane de Bournazel jusqu’au 1er décembre, à la galerie Annotiau sur Cailhol jusqu’à lundi et à la galerie Réplique sur Stéphane Blanquet jusqu’au 30 novembre.
 

 

O.C.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

300 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Grand studio lumineux Entrée[...]

325 €

A louer, T1 de 25.44 m2 à Rodez - Bourran Pièce principale avec coin kitche[...]

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?