Le Département livre aussi sa bataille du masque

  • Jean-François Galliard, président du conseil départemental.
    Jean-François Galliard, président du conseil départemental. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

En cette période de confinement, le conseil départemental agit sur « plusieurs fronts » comme le dit le président Jean-François Galliard, confiné chez lui à Nant. Et notamment celui de la « guerre des masques » dans laquelle il s’est lui aussi lancé pour pouvoir équiper les personnels des structures sociales.

Quinze jours que l’on bataille, et l’on commence à enfin obtenir le fruit de notre mobilisation " souffle Jean-François Galliard.

Ainsi, 116 000 masques arrivent au conseil départemental, issus d’une première commande groupée de la Région de 650 000 masques. La Région Occitanie qui a commandé 10 millions de masques à la Chine, par l’entremise elle aussi d’une commande groupée des Régions de 53 millions d’unités. "Par le biais d’une autre filière, nous avons également 50 000 masques supplémentaires qui arrivent ". C’est dire si la bataille fait rage…

"Avec l’appui de Geodis, qui assure bénévolement une partie du ravitaillement, les masques seront livrés, dans les établissements sanitaires et sociaux, les Ehpad. Tout a été organisé en ce sens. 53 000 des 116 000 masques iront dans les Ehpad, 18 000 pour les structures d’aides à domicile, seront également pourvus les petites unités de vie, comme les foyers d’hébergement par exemple. " Voilà pour un premier volet de cette bataille des masques.

Côté gel hydroalcoolique, une solution locale a été trouvée par l’entremise de la société capdenacoise Nutergia. Près de 3500 flacons de 250 ml vont être livrés dans un premier temps. La commande globale est de 25 000 flacons. La mobilisation s’est également faite sur le front de l’équipement (charlotte, surblouse, etc.) avec près de 60 000 kits en perspective. Là aussi avec l’appui de la Région.

Outre cette course aux masques, le Département, depuis la première semaine de confinement, est resté mobilisé sur bien d’autres fronts.

Le front du quotidien

Le conseil départemental fonctionne en mode dégradé. " C’est la quatrième semaine et il continue à tourner comme il devait tourner grâce aux agents. Ils jouent le jeu, ils sont mobilisés".

Les six maisons de solidarités départementales fonctionnent en mode réduit. Mais une présence téléphonique est assurée pour répondre aux appels les plus urgents. Des maraudes sont toujours effectuées sur les routes. Dans les bureaux, la gestion des factures, "notamment celles qui concernent les entreprises" sont assurées. Idem pour les salaires et les versements des diverses prestations relevant du département. "De même, les élus sont sur le terrain, et un échange régulier est mis en place afin d’avoir les remontées du terrain ".

Cellule de crise

Deux en particulier ont été mises en place : une cellule personnes âgées – personnes handicapées, qui réunit les acteurs concernés. Et une cellule protection de l’enfance, avec conférence téléphonique chaque semaine a minima.

De même, par rapport aux Ehpad, le Département est en lien permanent avec l’ARS et la préfecture.

Préserver le tissu associatif

Des associations sportives et culturelles à celles qui assurent d’aide à domicile, le Département a décidé de soutenir le milieu associatif. "Nous verserons à l’euro près ce que nous versons habituellement aux associations d‘aide à domicile, même si elles ne peuvent pas assurer le travail normalement actuellement ".

Pour ce qui est de l’organisation des manifestations diverses qui n’ont pu être mises en place, le Département débloque un million d’euros. Cela concerne toutes les associations, qu’elles aient un salarié ou pas. Des critères ont toutefois été définis. "Si elles ont une recette en baise de 50 %, nous interviendrons à hauteur de 30 % de leur reste à devoir par exemple."

Une commission permanente téléphonée…

Avec l’accord de la préfecture, le Département assurera une commission permanente sous une forme bien inhabituelle. Un tiers des effectifs, comme le veut la loi, y siégera et de manière téléphonée. 15 élus, avec deux pouvoirs chacun, débattront par téléphone le 10 avril à 10 heures.

Avec les chambres consulaires

"Le Département souhaite aller au-delà de ses compétences et a proposé aux présidents des trois chambres consulaires de se réunir régulièrement pour faire le point sur des dossiers où il pourrait apporter son aide".

Des chantiers routiers vont reprendre

"Sept à dix chantiers dans les jours à venir vont reprendre. Celui du Bois du four, de la Vallée de la Dourbie, de Saint-Mayme par exemple. Nous avons échangé avec les entreprises, notamment sur la nécessité de respecter les gestes barrière. Une circulaire, avec la préfecture, a pu être dressée en ce sens et un cahier des charges a pu être établis. Il faut une confirmation des entreprises que les mesures de précautions sont biens respectées."

Ph. R.
Voir les commentaires
Réagir