Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou

Publié le / Mis à jour le S'abonner

C’est aujourd’hui l’été. Enfin ! Mais ce début d’année a été éprouvant. Certains ont perdu des êtres chers. D’autres ont souffert et ont croisé l’enfer avec le destin, en un duel incertain. Le calme est revenu, le soleil, l’avenir, les voitures… La politique a repris la parole, vertement comme à l’accoutumée, pour traiter les gros maux de notre société, et les traiter, cette fois, de façon définitive… L’idée de s’étendre sur une serviette a donc de nouveau fait son chemin jusqu’à la plage. Les premiers vacanciers se mettent déjà la tête à l’envers pour regarder les choses droit dans les cieux. Et ils enfilent le bonheur comme un vêtement qui leur va, sans forcer, pour savourer la rondeur du moment de tout leur long. Les lacs du Lévézou, pourtant artificiels, ont de vraies profondeurs. Profondeur des heures, des lieux, des gens, des odeurs… Ces lacs distillent des univers. Les coins d’ombres y sont tendres. L’eau y frôle le silence et s’y infiltre. L’herbe a l’insouciance d’un tableau de Renoir. On y déjeune dessus, en grappes fleuries, tout en recousant joliment le présent avec le fil du temps qui va. Et en parlant d’autre chose, cet inépuisable sujet. Les plages sont désormais ouvertes 7 jours sur 7. L’eau, les arbres et le sable font une longue journée continue… Nous les avons visitées. Nous en avons fait le tour afin de les coter nous aussi, cachés, façon Michelin. Et c’est dissimulés sous un parasol et derrière un maillot de bain que nous avons distribué ces nombreuses belles étoiles ou ces rares mauvais points ! En ce premier jour de l’été, c’est par ici, suivez le guide.
 

Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou
Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou

Arvieu-Pareloup

Située à 300 mètres du barrage, cette plage surveillée est tout en retenue. L’intimité y est ambiante. Les familles y sont reines. Et tous les jours de la semaine se font dimanches, quand il fait beau.

Dotée d’équipements ludiques et sanitaires, elle jouit aussi d’un terrain de beach-volley, d’un boulodrome et elle permet l’accueil adapté des personnes en situation de handicap moteur et visuel, un aménagement apprécié. Un gentil petit port abrite en son sein des bateaux et des marins d’eau douce qui prennent le large dans les grandes largeurs. Mais l’arrivée n’est jamais loin du départ. Et on monte à bord juste dans la ferme intention d’y accomplir quelques prudentes bordées, l’espace d’une belle prise, d’une bière ou d’un beau souvenir.

Les exhibitions motorisées sur des chevaux hurlants y sont prohibées. Discret dans sa fuite, le temps coule sous les pontons. Le clapotis des jours l’accompagne. Des pêcheurs y sommeillent. L’oubli refait surface. Quelque chose suit son cours. Réveillées par l’été, les maisons enserrent la grève et ses clartés. Les gens sont là. Ici ! Ils sont revenus.

Et tous bénissent leur bain quotidien. Et s’abandonnent au présent.

 

Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou
Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou

Les Vernhes à Salles-Curan

Deux plages où flotte souriant le pavillon bleu depuis 2016, deux structures sanitaires, deux surveillants de baignade, des jeux pour enfants, des tables de pique-nique, un bateau de promenade, des restaurants, les plages des Vernhes 1 et 2 sont assurément le lieu phare du Lévézou, là où il est agréable de s’étendre et de piquer du nez ou une tête. La vue y est même dégagée jusqu’à l’horizon et ses lignes arrières. Et c’est beau de loin ou quand on s’approche, même en gardant ses distances. Et c’est beau de près. Tout baigne alors ? Admettons. Interdits sur d’autres plans d’eau, les scooters des lacs squattent hélas les lieux et tentent d’avoir le dernier flot. On n’entend qu’eux et c’est dommage. Leur rodéo sur le dos d’une eau souvent surprise étouffe le chant des oiseaux ou des marmots, lors de ces dimanches à l’apesanteur souvent contrariée. Ne faudrait-il pas alors aménager simplement des tranches horaires afin que chacun puisse y trouver là son bonheur ? Ou un jour sans, un jour avec, ou tôt le matin, ou en fin de journée ? Le maire, Maurice Combettes, réputé pourtant pour son dynamisme, devra vite se poser la question d’une réglementation afin que la plage recouvre sa légendaire douceur. Car ces missiles fendent le lac d’une étrave bruyante et vont et viennent, et repassent, parfois même beaucoup trop près du bord. Et tout le monde ne se rallie pas à leur panache blanc. La gendarmerie surveille. Mais bon ! Passons vite. Et comme il en faut pour tous les goûts faisons fi de ces grandes manœuvres. Les adeptes de ce sport ont droit à leur contentement. Vroum, vroum ! Soit ! Même si l’eau a des reflets d’argent, le silence est pourtant d’or. Parole ! Nous, pour en avoir assez entendu, nous rentrons… C’est l’heure !

 

Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou
Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou

La Roussellerie

à Pont-de-Salars

Les arbres qui ceinturent ce lieu au charme sûr sont si hauts que le soleil y essuie parfois quelques écorchures. On ne va pas à cette plage. On y descend. Elle est en bas. On s’y installe pour y vivre un moment vrai, loin des excentricités balnéaires. C’est un écrin populaire. Et les jeunes s’y retrouvent à la nuit sonnée, autour d’une partie de volley ou d’une musique. Ou d’un amour éternel. Les soirées y ont alors la saveur d’un feu. D’ailleurs un endroit aussi arboré ne pouvait être que branché. Cet endroit est donc un lieu. Équipé de tables de pique-nique, de douches, d’un espace de jeux pour les enfants, d’un grand parking situé à 100 mètres, d’un Aqua Park de 25 modules gonflables de plus de 1 200 m2 surveillé par des moniteurs diplômés, de deux restaurants de plage ouverts, d’une base nautique proposant la location de pédalos, canoës et de stand up paddles, vous y séjournerez pour ne rien faire et ce de façon studieuse et très soutenue. Et vous ne croiserez pas de scooters pétaradants mais de fringants pédalos aux allures molles et pépères. Ils arrivent… et cela fait déjà longtemps.

 

Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou
Une pause bien méritée en été sur les plages du Lévézou

Mayrac à Villefranche-de-Panat

Les 10 km du sentier pédestre et lacustre qui serpente autour du lac y amènent. Sur ce beau chemin, ce tour du lac vaut son pesant d’heures… deux ou trois. Cette plage est le passage obligé des marcheurs et des baigneurs, des lenteurs. On y paresse sans que cela paraisse. C’est simple comme une évidence ou un jour. Ou un bonjour ! L’herbe y est douce. Et le jour sonne ses instants sans s’emballer, débonnaire, nonchalant. Là aussi, pas de compétition de jet skis ! On suit la course du soleil. La fulgurance est dans la transparence. C’est clair ! Le simple plaisir de vivre a installé ici ses quartiers d’été. On y est bien et cela suffit bien. Et rien n’altère cette fugace paix, pas même un chien ! Ils y sont interdits. Située à 5 minutes du centre bourg, la plage du Mayrac est recouverte de pelouse, un vrai terrain d’entente. Agréable en famille ou entre amis, elle dispose de sanitaires, d’un espace multisport, d’un skate-park, d’une base de loisirs neuve et panoramique, d’une aire de jeux pour enfants, de tables de pique-nique, et d’un restaurant "l’Escale" où le patron, Sébastien, sait ce que cuisiner veut dire ! La baignade y est surveillée et les prix aussi. Et de grands oiseaux motorisés, échappés sûrement de saisons hostiles et austères, s’y posent avec souplesse, l’été venu, en un ballet "enfroufrouté". Les ULM de l’hydro-club "Air des Lacs" de Paul Dellac (06 76 08 34 79) y parlent encore, à longueur d’ailes, de l’éventualité des îles et de la troublante promesse de l’ailleurs.

 

Textes et photos Jean-Paul Brun
Voir les commentaires
Réagir