L'Aveyron en randonnée : Lo Camin d’Olt, entre Lot et Truyère

Abonnés
  •  Partons entre Lot et Truyère.
    Partons entre Lot et Truyère. Reproduction Centre Presse / Reproduction Centre Presse / Reproduction Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le long des Gorges du Lot, Lo Camin d’Olt, le GR de Pays, permet d’embrasser, le long des crêtes et des sentiers escarpés, toute la diversité des panoramas offerts par cette partie de l’Aveyron. Ce chemin est composé par deux boucles au départ d’Entraygues : une boucle Nord remonte la vallée de la Truyère (68 km), à parcourir en 3 jours et une boucle qui suit la vallée du Lot (54 km), sur 2 jours.
 

Entraygues, point de départ

Point de départ du Camin d’Olt, le village d’Entraygues, au confluent du Lot et de la Truyère, mérite que l’on prenne un peu de temps pour se balader dans ses ruelles étroites.
Entraygues, qui signifie entre les eaux, aurait été fondé au milieu du XIIIe siècle. Vraisemblablement durant la même période que le château construit par les comtes de Rodez entre 1278 et 1290. D’ailleurs, la ville a conservé d’anciennes maisons à colombage et à encorbellements, ainsi que des vestiges de remparts et des jardins clos. Des cours et d’anciens passages couverts communiquent toujours entre eux au cœur de la ville.
 

Un écrin de nature

Chaque randonnée autour du pays d’Entraygues est une plongée dans un écrin de nature où la faune et la flore prospèrent. En 2011 a été créée la Réserve naturelle régionale des coteaux du Fel, à l’initiative de plusieurs propriétaires du site. Cette réserve s’étend sur une centaine d’hectares. En son sein, dix espèces de reptiles ont été répertoriées, quelque 97 espèces d’oiseaux, 31 mammifères, une dizaine d’espèces de chauves-souris, etc. Lo Camin d’Olt travers aussi un site Natura 2000 qui est à cheval entre les vallées de La Truyère et du Goul.

Le vignoble du Fel

Par endroits, sur les flancs de la vallée du Lot, subsistent encore des traces des anciennes terrasses où la vigne était cultivée. Bien sûr, aujourd’hui encore, le vin du Fel issu de ces vallées, est toujours apprécié. Les premières pentes des vallées de Truyère et d’Olt et de leurs affluents bénéficient d’un climat plus tempéré où s’épanouissent de nombreuses plantes subméditerranéennes. La culture du châtaignier, sur les versants exposés au nord, et celles de la vigne et des arbres fruitiers sur ceux exposés au sud.

Sur la route de l'énergie

Les barrages hydroélectriques le long de la Truyère, qui se jette dans le Lot à Entraygues, sont d’une puissance considérable et la visite des installations vaut le détour. Le premier barrage a été bâti en 1932, à La Cadène non loin de Brommat. Le profil de la vallée favorise l’édification de barrage et ils ont été rapidement complétés par d’autres ouvrages. Au
sortir de la Seconde guerre mondiale, EDF a lancé de nouveaux chantiers Lardit, Couesques, le barrage usine de restitution de Cambeyrac. En 1982, l’usine de Montézic est mise en service. Au total, ces barrages développent une puissance de 1800 mégawatts sur 44 kilomètres.

Le travail des bénévoles du comité de randonnée

Les bénévoles du comité départemental de randonnée pédestre fournissent un travail remarquable. Pas seulement le long du Camin d’Olt mais sur tous les chemins qui parcourent l’Aveyron. Impossible de s’égarer grâce au balisage réalisé par les 155 bénévoles qui œuvrent tout au long de l’année. Le comité départemental compte également 63 associations affiliées et 3 700
adhérents. Ce qui en fait le premier département de France en terme d’adhérents.

De l’eau et des Hommes

L’eau est omniprésente tout au long de cette randonnée. Du plus petit ruisseau jusqu’à la Truyère et le Lot qui déverser par millions de mètres cubes dans leurs vallées. L’eau est ici source d’énergie inépuisable, mais elle a longtemps servi les hommes pour le transport de marchandises. Durant des siècles, à partir d’Entraygues, les gabariers ont acheminé leurs produits des pays environnants vers les basses terres et même vers Bordeaux. Aujourd’hui, les pêcheurs, le long des rives de ces puissantes rivières profitent de ces eaux poissonneuses. Et canoës et kayaks ont remplacé les gabariers d’autrefois.

Golinhac, étape sur les chemins de Saint-Jacques

Au sortir d’un sentier escarpé, le village de Golinhac apparaît, marquant la fin de la première étape de ce Camin d’Olt. Monument remarquable du village, l’église de Golinhac possède une architecture de style gothique datant du XVIe siècle, en tout cas pour la partie concernant le chœur et les bas-côtés. La structure date de l’époque préromane, mais elle a été revue au cours des siècles. Le village possède également une croix du XVe siècle dite « dels romieus » (des pèlerins). Golinhac est une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Lo Camin d’Olt croise la via Podiensis

Il n’aura pas échappé au randonneur averti que Lo Camin d’Olt croise le fameux chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Une partie de la Via Pondiensis (1530 kilomètres) passe par Golinhac. La voie partant du Puy-en-Velay est) est l’un des quatre chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

Le château de Vieillevie

Le château de Vieillevie a longtemps veillé sur les habitants du village de la vallée. Jadis, se tenaient des foires aux porcs et aux chevaux renommées. Autre site remarquable à proximité de Vieillevie, Montarnal, sur la rive gauche du Lot, bâti au pied de son ancienne tour datant du XIIIe siècle, dont il subsiste une tour ronde décapitée. L’église de Notre-Dame-d’Aynès abrite les reliques de saint Brandon, un saint irlandais, qui auraient été rapportées par Gauzfred de Montarnal, seigneur du lieu, parti en 1066 pour combattre à la bataille d’Hastings aux côtés de Guillaume le Conquérant. Ses reliques sont réputées pour guérir les maladies de peau.
 

Suivez-le (topo) guide (32 kilomètres)

> D’Entraygues à Golinhac (7 km, 1 h 45).
De l’office de tourisme d’Entraygues, prendre la rue principale à droite. Rejoindre les bords du Lot. suivre la rivière vers Rodez sur 500 mètres jusqu’au pont Notre-Dame.
Traverser le Lot. Obliquer à gauche sur la route de Laplagne. La suivre sur 2,4 km. Bifurquer à gauche sur un chemin sablonneux. À 300 mètres, continuer à droite sur une « carral » (chemin dans les bois) herbeuse qui monte dans les châtaigniers. Déboucher sur une piste gravillonnée. Virer en épingle à droite et rejoindre Le Battedou.
À la première maison, virer à 90° à gauche. Monter entre les maisons. Tourner à droite et passer au-dessus du terrain de camping. Poursuivre sur un chemin assez raide dans les châtaigniers sur 700 mètres. À la piste forestière, aller à gauche sur 150 mètres puis virer à droite sur un chemin creux en sous-bois.
Emprunter ensuite la route à gauche sur 200 mètres.
Au carrefour de La Valette, prendre à droite un sentier escarpé menant à Golinhac.
> De Golinhac à Espeyrac (11,5 km, 3 heures).
À Golinhac, passer à gauche de la mairie. Emprunter à droite le GR65. Monter par un chemin caillouteux jusqu’à la crête. Suivre à droite par une route puis un chemin herbeux.
Au carrefour du Poteau, quitter le GR65, prendre à droite la D 904 sur 600 mètres. Virer en épingle à gauche sur un chemin de terre. Continuer à droite sur 5,5 km sur une piste forestière.
Emprunter la route à gauche jusqu’au carrefour de Liabastres. Poursuivre 200 mètres. Avant la D42, monter à droite sur la crête par un chemin pierreux puis herbeux. Suivre la D42 à droite. Laisser Gours sur la gauche. À l’embranchement, continuer vers Espeyrac. Après 700 mètres, virer en épingle à gauche vers Puech-Laborie, puis obliquer à droite sur une piste gravillonnée. Passer la Daze des Vernhettes. Traverser Falguières et emprunter la route sur 600 mètres jusqu’à la jonction avec le GR65.
Descendre à droite dans les bois de chênes. Dans la descente, obliger à droite. Revenir vers le ruisseau. Traverser (passerelle) et continuer à gauche sur un chemin bordé de murets. Arriver place de l’église à Espeyrac et descendre jusqu’à l’hôtel-restaurant.
> D’Espeyrac à Vieillevie (13,5 km, 3 h 45).
Au panneau d’information d’Espeyrac, remonter la D42 sur 150 mètres (laisser le GR65 à gauche). Au niveau du transformateur, prendre à gauche un chemin de terre jusqu’au ruisseau. Remonter à droite, puis virer à gauche à 90° pour monter dans un bois de résineux. Poursuivre la montée dans les bois ou en clairière, puis longer une clôture à droite et déboucher sur la route de La Gardette. Tourner à gauche vers La Brousse sur 200 mètres puis à droite vers Lavernhe. Passer au Salès et au Jonquet.
Avant d’atteindre Cantagrel, prendre à gauche un chemin de terre assez raide longeant une vigne. Attendre La Garrigue, tourner à droite sur un large chemin. La piste forestière descend doucement sur 5 kilomètres jusqu’à la plaine alluviale de Montarnal, en bordure du Lot. Traverser le hameau. Suivre la petite route surplombant le Lot jusqu’à Notre-Dame-d’Aynès. Arriver à Saint-Sulpice. Traverser le Lot, prendre à gauche vers le centre de Vieillevie (l’itinéraire entre dans le Cantal).
 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir