Laurent Cayron : "Je préfère les intérieurs qui racontent une histoire"

Abonnés
  • Installé depuis 2011, le trentenaire compte près d’une centaine de projets tant chez les particuliers que les pros.
    Installé depuis 2011, le trentenaire compte près d’une centaine de projets tant chez les particuliers que les pros. L.C.
Publié le

Originaire du Nord-Aveyron, Laurent Cayron est architecte. Architecte d’intérieur, à Paris comme "au pays". Un parcours sans faute pour ce bougnat pur sucre qui a longtemps hésité entre la brasserie et la librairie, les professions respectives de ses parents. Passionné d’agencement depuis ses toutes jeunes années – c’est lui qui composait les vitrines de la librairie maternelle – Laurent propose désormais ses services aux professionnels comme aux particuliers. Rencontre avec ce Parisien d’adoption, président de l’amicale d’Argence en Aubrac et membre actif, voilà encore quelques années, du groupe folklorique La Bourrée montagnarde.

Laurent Cayron, vous auriez pu être libraire comme votre mère ou restaurateur comme votre père ou votre grand-père. Pourquoi avoir finalement penché vers l’architecture d’intérieur ?

Tout ça s’est fait assez naturellement. Petit, j’avais plaisir à décorer les vitrines de librairies ou celles un peu plus tard de plusieurs brasseries. Des cafetiers m’ont ensuite demandé de réagencer leurs établissements. J’ai donc décidé d’en faire ma profession avant d’être diplômé de l’Institut Supérieur des Arts Appliqués (LISAA) en 2010.

Aujourd’hui encore, votre métier est quelque peu fantasmé. Mais quelles sont les réelles missions, votre place dans un projet ?

J’interviens vraiment dans la globalité du projet, dès le départ. Les gens m’appellent souvent dès la recherche du bien ou juste à la signature du compromis. Je suis donc impliqué dès les relevés, la restructuration des pièces et mon rôle se prolonge jusqu’au choix des matériaux, les plans d’exécution, la mise en lumière… Je suis le chantier jusqu’à la réception et j’accompagne les gens dans le choix du mobilier, de la vaisselle etc.

Quel est le style Laurent Cayron ?
Je n’ai pas un style en particulier parce que je m’amuse dans tous les styles. J’ai quand même un goût prononcé pour des intérieurs relativement chaleureux. J’aime jouer sur la lumière, les ambiances. Mais je cherche toujours à m’adapter aux clients, à raconter leur histoire. C’est un peu différent pour les cafés dont l’identité est davantage liée à l’histoire du quartier, du bâtiment, de la clientèle. Mais mon rôle est vraiment d’apporter une réelle personnalité au lieu. Un lieu où l’on se sent bien, c’est primordial, et qui s’adapte au besoin du moment. C’est fou de se dire qu’avec peu de chose, on peut faire que les gens soient heureux de rentrer chez eux ou d’aller dans un lieu pour se détendre, penser à autre chose.

Des projets marquants ?
Je pense au café Le Terminus, gare de Lyon et au Royal Turenne. Deux beaux projets pour lesquels les clients m’ont fait confiance en adhérant pleinement à mes idées. Ce sont vraiment deux projets avec beaucoup de cachet.

La crise du Covid-19 qui grève directement la trésorerie des restaurateurs parisiens a dû avoir un impact sur votre activité…
C’est vrai. Mais c’est aussi le cas au niveau des particuliers. J’avais beaucoup de demandes, même après le confinement, mais de ce que je peux constater, le problème est aussi lié aux crédits. Les gens ont des projets mais aussi beaucoup de difficultés à avoir les crédits. Les banques ont vraisemblablement octroyé beaucoup, peut-être trop de crédits post-confinement mais deviennent de plus en plus frileuses aujourd’hui.

… Un impact peut-être aussi sur la nature des projets.
Les gens cherchent tous à avoir plus grand, plus d’espace ou à s’éloigner du centre pour un petit extérieur, un carré d’herbe. Cette tendance existait déjà avant le confinement mais s’est accélérée depuis. Beaucoup veulent aussi aujourd’hui un bureau pour le télétravail, ayant conscience qu’il va devenir très vite indispensable.

Aurélien Delbouis
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

753 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Hall d'entrée avec placard, [...]

520 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE - T3 dans quartier calme, pr[...]

252 €

STUDIO PROCHE IUT - LYCEE MONTEIL - 2EME ETAGE - DIRECTION LA ROQUE ,CUISIN[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir