Aveyron : un nouvel élan pour la RN88 à 2x2 voies entre Rodez et Sévérac

  • Le dossier du chantier de la RN88 va durer pendant encore quelques années.
    Le dossier du chantier de la RN88 va durer pendant encore quelques années. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

Carole Delga, la présidente de la Région a annoncé qu’elle comptait faire du chantier de la RN88 une priorité dès septembre prochain. À la veille des départementales et des régionales, le sujet est particulièrement brûlant.

Ce n’est pour le moment qu’une annonce. Mais elle confirme que le sujet fait désormais l’unanimité, ou presque. À l’occasion d’un déplacement du Premier ministre dans les Pyrénées-Orientales le week-end dernier, Jean Castex a validé, à titre expérimental, dès l’adoption prochaine de la loi 4D, le transfert de la gestion de la RN116 et de la RN20 à la Région Occitanie. Cette décision, sur des tronçons assez éloignés de l’Aveyron, pourrait pourtant avoir, rapidement, des conséquences pour le département.

En effet, en marge de ce rendez-vous, Carole Delga, la présidente de la Région, a annoncé qu’elle souhaitait aller plus loin et lancer dès septembre "une grande concertation, dans chaque département, sur l’avenir du réseau routier national." Et celle qui est candidate à sa réélection dans quelques semaines d’ajouter que la priorité serait donnée à la mise en 2x2 voies de la RN88, donc le serpent de mer du doublement en Aveyron et en Lozère, existe depuis plus de 30 ans. "Dès la rentrée, je réunirai les services de l’Etat, les départements, les intercommunalités et les forces vives des territoires pour faire de nouvelles propositions en faveur de la RN88, a-t-elle affirmé lundi soir. Nous ferons du sur-mesure pour moderniser et sécuriser son tracé, accélérer les études et les travaux, améliorer les dessertes de nos villes et de nos villages et accroître le lien entre la route et les lignes ferroviaires."

À la veille d’un double scrutin départemental et régional, cette annonce confirme l’engagement de Carole Delga pour la RN88, dont elle n’a cessé de défendre l’utilité au cours de son mandat. Et la nouvelle loi pourrait permettre que l’institution prenne, en partenariat avec le Département, la maîtrise d’ouvrage, ce qui pourrait changer rapidement la donne. Il faudra évidemment attendre le résultat des urnes pour voir si le prochain exécutif régional poursuit dans le même sens, mais la nécessité de passer à la vitesse supérieure semble acquise pour les Aveyronnais.

Consensus au Département

Le feuilleton du doublement de la RN88 en Aveyron dure depuis maintenant près de 30 ans. Après des années à réclamer un investissement de l’Etat, à la fois pour désenclaver le département, mais aussi pour réduire les risques d’accident, le travail commun de Martin Malvy, ancien président de la Région Midi-Pyrénées, de Jean-Claude Luche, ancien président du Département et des élus locaux avaient abouti au chantier, quasiment terminé sur la portion entre Rodez et Albi, où il ne reste plus que quelques mois de chantier sur le contournement de Baraqueville.

Depuis, Carole Delga et Jean-François Galliard, leurs successeurs respectifs, ont largement œuvré à grand renfort de financements, notamment pour les raccordements comme celui du barreau de Saint-Mayme, permet l’amorce vers la seconde portion, pour lequel le Département a pris la maîtrise d’ouvrage. Reste désormais à avancer sur le dernier tronçon, les 40 kilomètres restants entre la sortie de Rodez et l’A75 à Sévérac-d’Aveyron. Là, c’est une autre histoire. Depuis plusieurs années, les élus enchaînent les rencontres avec les ministres. Région et Département sont même d’accord sur le principe, pour financer le chantier colossal, qui est pourtant de la compétence de l’Etat (lire le chiffre). En effet, les deux institutions espèrent qu’en mettant la main à la poche, les choses puissent enfin avancer.

Mais alors que les élections approchent, le dossier peut-il encore être bousculé ? Pour le Département, cela semble impossible. S’il faut attendre le 27 juin au soir pour voir une majorité se dégager, il semble y avoir consensus sur le sujet. L’union de la gauche, en cas de victoire, compte bien revoir la politique des routes, mais pas le projet de doublement de la RN88 qu’elle juge d’intérêt général. A droite, Jean-François Galliard a prouvé son engagement avec un investissement sans faille depuis son arrivée à la présidence en 2017, son rival, Arnaud Viala, est sur la même longueur d’onde. L’inverse serait de toute manière difficile à défendre, devant des élus locaux exaspérés par la longueur du dossier.

Objectif 2027 pour Laissac, 2030 pour Sévérac

À force de rendez-vous à Paris, le Département et la Région ont obtenu que le doublement du tronçon entre Rodez et Laissac, l’un des deux derniers qui reste encore à programmer, soit inscrit dans le protocole de préfiguration du prochain plan Etat-Région (2023-2027).

La mouture finale n’ayant pas encore été publiée, il faudra encore attendre pour être certain que le chantier sera bien programmé. Les institutions espèrent un début du chantier en 2024 pour une liaison terminée vers Laissac en 2027. Pour la dernière partie, entre Laissac et Sévérac, il faudra encore compter, si tout va bien, trois ans de plus.

 

Guilhem Richaud
Voir les commentaires
L'immobilier à Laissac-Sévérac L'eglise

110000 €

En exclusivité - Petit immeuble composé d'un local commercial avec petit ré[...]

299000 €

En exclusivité dans votre agence Stéphane Plaza Immobilier Rodez ! Situé à [...]

220000 €

Située sur la commune de Laissac Séverac L'église. Venez découvrir cette ma[...]

Toutes les annonces immobilières de Laissac-Sévérac L'eglise
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?