Tennis : Arthur Fils, de Roland-Garros à Rodez, en quête "d’expérience"

Abonnés
  • Arthur Fils, hier lors de son entrée en lice en double.
    Arthur Fils, hier lors de son entrée en lice en double. CPA - JLB
Publié le

Finaliste des Internationaux de France juniors en juin, l’Essonnien de 17 ans entre en piste à Rodez ce mercredi 13 octobre.

Son débit de parole posé et ses propos tout en maturité tranchent assez avec celui qu’il est sur le court. Puissant. Capable d’ailleurs d’envoyer à tout juste 17 ans (il les a fêtés en juin) des services à plus de 200 km/h. Mais aussi en construction, notamment au niveau de la psychologie. " Je suis capable de me mettre en colère. Chez les juniors, ça va, mais avec les pros ça ne marche pas. Mon entraîneur m’en parle tout le temps", avait-il indiqué il y a quelques semaines à nos confrères de L’Équipe. Hier, pour son entrée en double à Rodez, il n’a pas moufté, retrouvant les yeux fermés ses repères avec Giovanni Perricard, son habituel acolyte dans l’exercice. En sera-t-il de même aujourd’hui pour ses débuts en simple, face au Tricolore sorti des qualifications Nicolas Tepmahc ?

Comme Forget, Gaston, Roddick ou un certain Federer avant lui

En tous les cas, l’Essonnien fait partie de cette folle génération 2004. Des pépites du tennis français. De celles que l’on polit avec précaution. D’ailleurs, à Rodez, celui qui a commencé le tennis chez lui à Saint-Michel-sur-Orge à 5 ans ne débarque pas pour autre chose. "Je viens chercher de l’expérience. Je n’ai pas beaucoup joué sur dur en intérieur depuis le début de ma petite carrière, soufflait-il hier, à la sortie d’une séance d’échauffement. Je vais donc essayer de gagner mon premier match et ensuite voir ce qu’il se passe. Ça va être compliqué. " Depuis son coup d’éclat à Roland-Garros, les attentes sont forcément encore plus prégnantes.

"De mon côté, ça n’a pas trop changé. Je suis autant concentré dans mon projet", replace-t-il, serein. Mais s’imposer en double et terminer en finale du tableau juniors Porte d’Auteuil, quand on est Français et de surcroît résident du CNE (centre national d‘entraînement) de la FFT depuis trois ans maintenant, ça pose – pour le moins ! – des jalons. D’autant que le garçon, complet dans son jeu, avait aussi remporté l’Orange Bowl en décembre 2020 en Floride, la référence de la catégorie d’âge. Comme Guy Forget, Dominic Thiem, Andy Roddick ou un certain Roger Federer avant lui. Ou encore le "Ruthénois" (par sa famille maternelle) Hugo Gaston, héros tricolore de Roland-Garros-2020 et vainqueur, ici à Rodez, un an auparavant.

Junior déjà chez les pros

De quoi inspirer Fils : "C’est sympa de se dire qu’il y a de très bons joueurs qui ont gagné ce tournoi et je vais essayer de faire comme lui. "

Depuis son Roland étincelant, lors duquel il a aussi sorti Bernard Tomic (ancien 17e joueur mondial) lors du 1er tour des qualifications et avant de baisser pavillon, le droitier d’1,85 m est aussi devenu champion d’Europe des moins de 18 ans, avec ses compatriotes Perricard et Luca Van Assche ; celui-là même qui l’a battu en finale (6-4, 6-2) en juin dernier et qu’une blessure a interdit de venir aussi à Rodez. Mais Fils s’est aussi surtout confronté au circuit ITF seniors. "Il me restait un an chez les juniors, mais on a décidé que ça ne me servait pas à grand-chose de le jouer. "

L’apprentissage se parfait donc sans concession. Face à des adversaires coriaces, rompus à ce si singulier circuit fait de tournois Futures et Challengers. " Ce n’est pas du tout le même monde, analyse l’actuel 673e joueur à l’ATP. Les mecs ne lâchent pas du tout. Il n’y a jamais de points faciles. Ça me donne beaucoup d’expérience. "

Les succès qui en ressortent mettent aussi moins en lumière. Ils sont plus durs à aller chercher. Mais Fils sait qu’il doit en passer par là. À Rodez, ou à Toulouse ensuite lors d’un 25 000$ également. Pour un jour prétendre à briller à nouveau à Roland. Mais chez les grands.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Aurélien Parayre
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

379 €

LOCATION APPARTEMENT SANS FRAIS D AGENCE - T1Bis avec très belle vue proche[...]

1001 €

RODEZ : T4 traversant au dernier étage, vue panoramique sur le musée Soulag[...]

275 €

RODEZ - STUDIO récent dans un immeuble de standing en coeur de ville compre[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?