Contrôle technique obligatoire pour les deux-roues : c'est pour bientôt ?

  • Soumettre les deux-roues au contrôle technique obligatoire, une mesure que rejettent bon nombre de motards.
    Soumettre les deux-roues au contrôle technique obligatoire, une mesure que rejettent bon nombre de motards. Pixabay
Publié le

Quels contrôles ? Pour quels véhicules ? À quels prix ? Le point sur une mesure contestée...

La case contrôle technique va devenir obligatoire pour les deux-roues de plus de 125 cc dès le 1er octobre. Si la mesure fait déjà couler beaucoup d’encre chez les usagers, il en va de même pour les professionnels du contrôle technique. Que ce soit au niveau de la formation de ces derniers, de la mise aux normes des centres de contrôle ou encore de la vague de clientèle qui risque de provoquer "l’anarchie", le 1er octobre s’annonce mouvementé.

Quel prix pour le contrôle ?

La mesure n’étant pas encore appliquée, il est difficile d’être certain sur le montant du contrôle technique pour un deux-roues. Si le tarif “classique” pour une voiture varie entre 60 et 90 € selon le type de véhicule, on pourrait imaginer un scénario similaire pour les motos voire un peu moins.

Les centres tous adaptés ?

Hélas, loin de là. Le contrôle d’un deux-roues ne s’effectue pas de la même façon que sur une voiture, Jean-Louis Sobriel, contrôleur technique chez Dekra à Paris est formel : "Il faut mettre aux normes tous les centres de contrôle, il va falloir un pont de levage spécifique pour les motos, un banc de freinage particulier, et d’autres installations très coûteuses. C’est clair et net, d’ici octobre, ce ne sera pas possible."

Au-delà, les contrôleurs techniques eux-mêmes vont être touchés. Jean-Louis Sobriel reprend : "Beaucoup de contrôleurs n’ont pas le permis moto. Évidemment, d’ici octobre, tous ne l’auront pas, et ça nous fait encore un coût supplémentaire."

Qu’est-ce qui sera examiné ?

Question délicate car les professionnels eux-mêmes sont dans le flou. Si certains points comme le freinage, la direction, l’éclairage ou la liaison au sol, risquent, à l’instar d’une voiture, d’être examinés, difficile d’en dire autant pour le reste. Avec l’annonce soudaine de cette nouvelle mesure, les centres risquent d’être rapidement saturés.

Thomas Duran
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Altair12 Il y a 3 mois Le 19/05/2022 à 09:04

Je vous demande de publier mon commentaire ! ! !

Altair12 Il y a 3 mois Le 19/05/2022 à 09:03

Moins de 0,3% des accidents de deux roues sont causés par un problème mécanique, la pollution de ces petits moteurs à essence et injectés est négligeable, quant aux bruits anormaux les forces de l'ordre ont les moyens légaux de les sanctionner ! ! !
Cette mesure n'est qu'un moyen de persécuter un peu plus les forces vives de la nation qui n'avaient pas besoin de cela en cette période de crise sanitaire et économique ! ! !
De l'irresponsabilité, de l'inconscience des dirigeant de l'UE et nationaux totalement coupés des réalités ! ! !