Aveyron : pourquoi est-il nécessaire de collecter les pneus d'ensilage ?

  • Le site de déchargement se trouveà Solville. Aurélien Lacome (photode droite) s’y rend régulièrement.
    Le site de déchargement se trouveà Solville. Aurélien Lacome (photode droite) s’y rend régulièrement. Julie Martinez
Publié le

Une opération groupée de collecte de pneus d’ensilage s'est déroulé sur le Ségala, autour de Rieupeyroux.
 

Alors que les pneus changés auprès des garagistes font l’objet d’une filière de collecte spécifique, le traitement des pneus utilisés pour la couverture des silos d’ensilage relève de la responsabilité des agriculteurs. Ces derniers doivent se débarrasser de leur stock de pneus à leurs frais.

Afin de diminuer les coûts qui sont le principal frein à toute initiative individuelle, la communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur a organisé pour les agriculteurs de son territoire une opération novatrice dans le département : une collecte groupée des pneus d’ensilage.

Les objectifs de cette opération sont multiples : nettoyer la campagne des pneus abandonnés qui ne sont plus utilisés et qui parfois défigurent le paysage, permettre aux agriculteurs qui utilisent une technique alternative pour couvrir leurs silos, d’éliminer leur stock, apporter une solution à tout détenteur de vieux pneus (particulier ou professionnel) qu’ils n’ont pu éliminer par le circuit traditionnel des garagistes. Suite aux déclarations effectuées lors de l’inscription des personnes intéressées, le gisement estimé est de 800 tonnes pour le territoire communautaire.

70 semi-remorques de pneus

Depuis le 14 novembre, et pendant quatre semaines, les agriculteurs apportent leurs pneus sur un point de regroupement où ils sont déchargés en trois tas distincts (voitures, camions et tracteurs). Sur la période de collecte, l’équivalent de 70 camions semi-remorques sera évacué vers un centre de broyage situé à Béziers.

Ces pneus ont perdu leur élasticité et leur souplesse, ce qui les rend impropres à une valorisation matière (terrains sportifs et de loisirs, objets moulés…). En revanche, leur pouvoir calorifique est intact : les pneus d’ensilage sont donc tout à fait indiqués pour être valorisés comme combustible alternatif, en particulier dans l’industrie cimentière. Ils remplacent le charbon ou le coke de pétrole, coûteux combustibles fossiles extraits ou fabriqués de l’autre côté de la planète à grand renfort d’émissions de tonnes de CO2. Cette opération est réalisée en partenariat avec Ensivalor, association qui regroupe les constructeurs automobiles, manufacturiers du pneu, les importateurs et distributeurs de pneus ainsi que Aliapur (recyclage des pneus usagés). Cela permet de bénéficier d’un enlèvement-traitement à un tarif très avantageux.

L’Europe, à travers les fonds européens agricoles pour le développement rural, apporte une aide financière de 48 % du tarif pratiqué par Ensivalor. En se regroupant et en sollicitant différents partenaires, le coût supporté par les agriculteurs pour l’enlèvement-traitement de ces pneus ne sera plus que d’environ 20 % du coût total.

Une initiative appréciée par les agriculteurs

Aurélien Lacome est salarié agricole dans deux exploitations, celle de Valentin Rigal, à Rieupeyroux (chèvres et vaches à viande), et chez son père, à La Salvetat-Peyralès (vaches laitières). Il a eu connaissance de cette opération en lisant le bulletin intercommunal, et le bouche-à-oreille a fait le reste. Pour les deux structures pour lesquelles il travaille, il a fait de nombreux trajets jusqu’au pont à bascule de Solville afin de se débarrasser des pneus d’ensilage.

"Cette opération nous intéressait car nous changeons de technique pour l’ensilage. Avant, on mettait les pneus sur la bâche du silo alors qu’aujourd’hui, on installe des boudins remplis de sable par-dessus le filet. Au fil du temps, les pneus usagés ne peuvent plus servir car ils représentent un danger pour les animaux (fil de fer dans le fourrage). Tous ces pneus, on les stocke sur les bords du silo ou bien dans un coin de l’exploitation, et ils restent là. Lorsque l’opération a été lancée, cela nous a motivés pour faire le grand ménage et nous en sommes bien contents."

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?