Automobile : Sarah Rumeau, une championne de l'asphalte au départ du rallye terre des Cardabelles

Abonnés
  • Sarah Rumeau (à gauche) et sa copilote Julie Amblard, lors du dernier critérium des Cévennes.
    Sarah Rumeau (à gauche) et sa copilote Julie Amblard, lors du dernier critérium des Cévennes. - Alain Lauret
Publié le
Alain Lauret

Ce week-end des 7 et 8 octobre, Sarah Rumeau ne vient pas pour se promener sur le causse Sud-aveyronnais et cueillir la Cardabelle. La double championne de France des rallyes asphaltes, qui a commencé sa carrière automobile il y a peu, veut se frotter à ce qu’il se fait de mieux sur terre.

Native de Lannemezan, et monitrice de pilotage dans le Gard, Sarah Rumeau, 28 ans, a un parcours particulièrement remarquable dans le monde impitoyable du rallye, venue à la compétition il y a seulement cinq ans. Son passé de joueuse de handball, en Nationale 2 notamment, lui a donné ce goût de l’âpreté au combat… spécialement derrière le volant d’une auto de course. Elle a débuté en coupe Caterham (circuit) avant de bifurquer vers les rallyes et la coupe Stellantis, au volant d’une 208 RC 4 puis d’une Opel, grâce à l’unique soutien des artisans locaux que sont Strass (le magasin de sa mère !) et Ambulances Jacomet. Résultat : deux titres de championne de France des rallyes asphaltes. Dont un en deux-roues motrices, l’an dernier.

Cette saison, remarquée par la Fédération française et les sociétés Yacco, Michelin, ainsi qu’Oréca, elle s’engage sur le championnat terre, avec une 208 RC4, et le trophée international Adac Opel, sur une Opel électrique, aux côtés de Julie Amblard. "Un nouveau soutien nous a rejoints : NTN Europe. C’est essentiel pour envisager 2024", se réjouit Sarah Rumeau.

"J’ai toujours voulu rouler au plus haut niveau"

"Pour 2023, j’ai monté un projet pour le championnat terre. J’ai toujours voulu rouler au plus haut niveau et pour se hisser à l’international, il faut avoir une solide expérience sur cette surface. Mais fin 2022, j’ai eu des contacts avec la Fédération française pour une participation à la coupe Opel électrique Europe qui se déroule en Allemagne et dans des pays proches ", précise-t-elle.

Elle poursuit : " Actuellement quatrièmes sur une vingtaine de concurrents, nous avons régulièrement signé des temps scratch face à des pilotes plus expérimentés. Sur chaque rallye, nous avons 130 km de spéciales, environ. Nos autos sont rechargées grâce à un énorme transfo branché sur le courant électrique classique et non avec des générateurs."

Ici, à Millau, avec la 208, Sarah Rumeau et Julie Amblard poursuivent un but précis. Se perfectionner sans réellement se soucier du classement. "Le but, c’est d’attaquer, donc cela peut parfois conduire à des ennuis. Ce fut le cas en Lozère, où nous tapons une pierre et crevons, alors que nous naviguions en troisième position du deux-roues motrices…", rappelle la championne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?