Le blocage se poursuit à l’école Marie-Curie de Firmi

  • Malgré la pluie, plus de 150 personnes étaient présentes hier matin dès 8 heures.
    Malgré la pluie, plus de 150 personnes étaient présentes hier matin dès 8 heures. Centre Presse Aveyron
Publié le

Éducation nationale. Lundi, le comité départemental de l’Éducation nationale (CDEN) a confirmé la suppression d’un poste d’enseignant à la rentrée prochaine. Les parents d’élèves refusent cette décision.

Ils ont voulu y croire jusqu’au bout, mais, lundi, vers 18 heures, au sortir du comité départemental de l’Éducation nationale qui s’est déroulé dans les locaux de la direction académique de Rodez, c’est l’incrédulité, puis l’incompréhension, nourrie de colère, puis enfin du dégoût qui prévalaient dans les rangs des parents d’élèves de l’école Marie-Curie de Firmi. Car même s’ils ne nourrissaient pas de folles illusions, ils voulaient encore croire à la solidité de leurs arguments.

La déception était telle que certains, notamment certaines, la fatigue de la journée aidant, avaient du mal à retenir leurs larmes ou à contenir leur colère.

Une longue journée

La journée avait été longue, car ce n’est pas la pluie, pourtant battante lundi matin, qui avait empêché près de 150 personnes, essentiellement des parents d’élèves protégés sous leurs parapluies, de venir bloquer dès 8 heures l’accès de l’école Marie-Curie. Les portes ou portails d’accès à l’établissement avaient été cadenassés, si bien que personne ne pouvait accéder ni à l’intérieur des bâtiments, ni même dans la cour de récréation. D’ailleurs personne n’en manifestait le désir puisque tous étaient là pour faire entendre leur colère et leur mécontentement "face à l’intransigeance de l’Inspection académique qui n’entend pas notre revendication qui est pourtant on ne peut plus légitime au regard du fait que les effectifs seront stables à la rentrée prochaine, voire même en légère hausse".

Malgré le dégoût, les parents d’élèves n’entendent pas en rester là. Il faut dire que pour la grande majorité d’entre eux, depuis qu’ils sont parents d’élèves, ils ont l’habitude de se mobiliser. Quand ce n’est pas à Marie-Curie, c’était à Jean-Zay, l’école maternelle située juste à côté où leurs chérubins ont usé leurs premiers fonds de culottes. Comme le faisait remarquer une parent d’élève : "Ici, c’est comme une malédiction. Il faut toujours lutter pour se faire entendre. Pourtant on ne demande rien d’extravagant, tout juste que nos enfants puissent bénéficier d’un enseignement de qualité".

Les parents ont donc décidé de maintenir le blocus de l’école jusqu’à nouvel ordre, et ce dès mardi 8 heures. Ils invitent la population du Bassin à venir les rejoindre pour soutenir leur action.

Philippe Boscus
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?