Laissac

Laissac : le décès de Claude Salles rebat les cartes

  • Laissac : le décès de Claude Salles rebat les cartes
S'abonner Mis à jour le -- partages

C’est une commune profondément meurtrie par le décès de Claude Salles, mort sur la RN 88 le 15 février, qui devra maintenant s’apprêter à le remplacer.

En passant par une élection municipale partielle « intégrale » qui plus est.

Le conseil municipal actuel devra être dissous, l’ensemble des citoyens de la commune nouvelle devra le recomposer, avant qu’un nouveau maire ne soit élu par les conseillers. Tout cela pour un mandat de deux ans, car les élections municipales seront à nouveau à l’ordre du jour en 2020 comme partout en France.

D’ordinaire, pour pallier le départ d’un conseiller, la règle est de prendre le suivant sur la liste. Là, toute la liste menée par Claude Salles a été élue en 2014. Il n’y a donc pas de « remplaçant » possible.

S’agissant d’une commune de plus de mille habitants, il faut que le conseil soit au complet pour élire son maire. D’où ces élections.

Cela étant, Laissac (19 élus) a fusionné en commune nouvelle avec Séverac-l’Église (11 élus). Le conseil actuel est donc composé de 30 membres.

Quatre d’entre eux ont démissionné en cours de mandat après avoir quitté la commune : Catherine Drouin, Jean-Paul Gardes, Mathieu Caylet et Sylvaine Leroy.

Avec le décès de Claude Salles, les conseillers ne sont plus que 25. Cela ne posait guère de problèmes tant qu’il ne s’agissait pas de voter le maire.

Désormais, il faut remettre l’ouvrage sur le métier.

Et c’est là que les choses se compliquent. Avec une population totale de 2 188 habitants, Laissac- Sévérac-l’Église n’aurait dû n’avoir que 19 élus. Mais le ministère de l’Intérieur a souhaité que, pour chaque « commune nouvelle », le nombre de conseillers soit celui de la strate de population supérieure. Soit... 23 conseillers désormais.

Le fait que le conseil en compte aujourd’hui deux de plus oblige à remettre les compteurs à zéro. Deux élus devront laisser leur place (lire par ailleurs)...

Les citoyens quant à eux devront donc se rendre aux urnes selon les principes de 2014 : liste entière, pas de panachage, parité absolue des candidatures. Composer une liste de 19 noms en 2014 n’avait pas été chose facile.

Il n’y avait même pas eu à Laissac de liste alternative, faute de candidat(e) s en nombre suffisants. Demain, avec quatre noms à rajouter, l’exercice sera d’autant plus complexe pour d’éventuels candidats extérieurs au conseil actuel.

On s’acheminerait donc vers une liste unique. Il ne reste plus à la préfecture qu’à déterminer la date du scrutin, avant le 15 mai quoi qu’il en soit.

Réagir