Villefranche : Pierre Marre donne son nom à la rue des Artisans

Abonnés
  • La plaque a été dévoilée par Serge Roques, José Perez  et Ruben De la Ballina, en présence de la famille du docteur Pierre Marre.
    La plaque a été dévoilée par Serge Roques, José Perez et Ruben De la Ballina, en présence de la famille du docteur Pierre Marre. DDM- GUY LABRO / DDM- GUY LABRO
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La voie qui passe devant l’entrée de l’hôpital s’appelle désormais rue du Docteur-Pierre-Marre. "Un choix symbolique, justifié et judicieux", ont souligné les intervenants lors de la cérémonie organisée hier matin.

La rue passant devant l’entrée du centre hospitalier, assurant la liaison entre l’avenue Caylet et l’avenue de Félix, avait été appelée rue des Artisans. Elle porte désormais le nom du docteur Pierre Marre. Tout un symbole. Tant ce médecin a apporté à la structure médicale de la ville. Cela a été rappelé hier matin, lors d’une cérémonie empreinte de beaucoup d’émotion, en présence de son épouse, Christiane, de ses filles, Prune et Camille, et de ses quatre petits-enfants.

À travers ce moment, à la fois officiel et intime, c’est un hommage profond qui a été rendu à un homme aux multiples facettes, mais dont le dénominateur commun était la générosité. Pierre Marre, le médecin. Pierre Marre, l’homme de l’action humanitaire. Pierre Marre, l’élu.

"Donner son nom à la rue qui conduit à l’hôpital est parfaitement justifié et hautement symbolique", a justement appuyé Serge Roques, s’exprimant en tant que maire mais aussi ancien collègue. Auparavant, dans un vibrant hommage, il avait loué les qualités de l’homme, "faisant preuve d’une grande ouverture aux autres et d’une grande générosité". Serge Roques a insisté sur "la capacité d’entraîner et l’envie de servir" de Pierre Marre. Des qualités qu’il mettra en œuvre dans son action humanitaire au Mali et comme élu. "Il avait son territoire chevillé en lui. Pierre Marre était le contraire absolu d’un technocrate. C’était un homme de cœur, qui n’a pas pu aller au bout de son destin. Avec sa disparition, notre territoire a perdu un défenseur ardent, talentueux, attachant. En donnant son nom à une rue, nous lui témoignons notre reconnaissance publique et nous sommes fidèles à sa mémoire".

Après Serge Roques, c’est José Perez, le confrère, qui a rappelé les qualités de Pierre Marre. "Lorsque je suis arrivé la première fois pour le remplacer, dans l’été 1985, il m’a accueilli comme un frère. Il m’a accordé d’emblée son entière confiance. J’ai travaillé à ses côtés pendant 15 ans, sans aucune anicroche. Pierre Marre était un homme ouvert, accueillant, chaleureux, généreux. Le choix de donner son nom à la rue des Artisans est judicieux car Pierre Marre a été un artisan de la fraternité et du don de soi."

"Pierre Marre a laissé une trace indélébile dans les mémoires rouergates et sa mémoire survit aussi à Sangha au Mali où son œuvre continue. L’hôpital qu’il a créé est toujours opérationnel", a ensuite témoigné Ruben de la Ballina. Le solide président de l’association Sahel Rouergue Quercy du docteur Pierre Marre a été submergé par l’émotion au moment de conclure. "C’est le propre des hommes de grande humanité comme Pierre Marre de laisser des traces dans la mémoire."

Beaucoup d’émotion aussi dans la voix de la fille de Pierre Marre, Prune. Elle a évoqué un humaniste et un père exceptionnel. "Il reste de lui un idéalisme indécrottable et une indépendance chevillée au corps". Qui sont toujours bien vivaces, dix-huit ans après sa disparition.

Pierre Marre
Pierre Marre - repro GDM

Les dates d’une vie bien remplie mais trop courte

  • 1948 : naissance à Rieupeyroux, le 9 août, dans une famille de commerçants.
  • 1979 : installation comme médecin cardiologue à Villefranche, avec la création de son cabinet. En parallèle, le docteur Pierre Marre sera praticien hospitalier à La Chartreuse où il va amener des technologies nouvelles. Ainsi, il sera le premier à implanter un stimulateur cardiaque.
  • 1983 : élection au conseil municipal de Rieupeyroux où il siégera pendant deux mandats, jusqu’en 1995.
  • 1987 : fondation de l’association Via Sahel qui deviendra Sahel Quercy Rouergue du docteur Pierre Marre, avec notamment la création d’un hôpital de brousse, à Sangha au Mali.
  • 1988 : élection comme conseiller général du canton de Rieupeyroux (un mandat).
  • 1995 : élection au conseil municipal de Villefranche dans l’équipe de Jean Rigal, avec un poste d’adjoint en charge de l’urbanisme.
  • 1995 : présidence du Lions-Club de Villefranche.
  • 1998 : élection au conseil régional de Midi-Pyrénées (présidence de la commission du plan).
  • 2000 : décès, le 8 septembre, après une lutte courageuse contre la maladie.
GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

144000 €

A deux pas du centre ville, Place Fontanges, appartement T3 * 2° étage offr[...]

602 €

Proximité centre ville, beau T4 , 99.50 m² 1° étage. Cuisine ouverte sur pi[...]

199000 €

Dans un quartier résidentiel proche de la ville et des commerces, venez déc[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir