Ligue 2 (4e journée)

Football : Rodez à la relance à Valenciennes

  • David Douline et ses coéquipiers devront être vigilants au stade du Hainaut pour leur troisième match joué en une semaine.
    David Douline et ses coéquipiers devront être vigilants au stade du Hainaut pour leur troisième match joué en une semaine. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Modifié le S'abonner
Trois jours après son élimination en coupe de la Ligue, face à Grenoble, Rodez enchaîne ce vendredi soir à Valenciennes (20 h), une troisième rencontre en une semaine. De quoi donner quelques sueurs froides à Laurent Peyrelade et ses hommes, encore en phase de rodage.
 

Nous avons de la chance, nous disputons des rencontres face à des adversaires qui se situent juste à côté". Les propos de Laurent Peyrelade, un brin ironiques, traduisent bien le dilemme auquel est confronté Rodez.

Une semaine après un match "à domicile" contre le Paris FC, et trois jours après un déplacement à Grenoble, les Aveyronnais entament ce qui serait bon ton de qualifier de "douze travaux d’Hercule" tant les conséquences de cet enchaînement de rencontres pourraient se faire sentir à court terme.

Premier élément sur lequel veille le chef de chantier, la récupération physique. Si une poignée de titulaires (Ruffaut, Bonnet, Sané) est restée à Rodez, d’autres ont effectué douze heures de bus mardi, avec 90 voire 180 minutes dans les jambes pour ceux présents à Toulouse, vendredi dernier. "Je possède un douze voire un treize type, avance le chef des opérations, Laurent Peyrelade. Les autres, en particulier les nouveaux, doivent réussir à s’y connecter."

Solidifier les blocs défensifs et offensifs

Pour agir en conséquence, le responsable doit bénéficier de l’ensemble de son groupe. Or, en plus de l’absence d’Amiran Sanaia, s’ajoutent les forfaits d’Aurélien Tertereau et de Pape Sané, touchés aux adducteurs. A contrario, Dorian Caddy figure à nouveau dans le groupe.

S’il souhaite solidifier l’ensemble, il a nécessairement besoin de certitudes. Sur l’aspect défensif, la partie est robuste. En revanche, sur le plan offensif, cela demeure friable, ce que ne masque pas le superviseur des travaux. "Énormément de joueurs sont arrivés dans ce secteur-là. Nous effectuons un travail de fourmi, qui peut prendre une partie de la saison. "

Pour que l’édifice ne s’écroule pas au premier incident, Laurent Peyrelade veut mélanger les matériaux les plus sûrs. De la cohérence dans le jeu, de la discipline et de la patience, voilà le cocktail sur lequel il souhaite s’appuyer. "Nous devons rester concentrés comme nous avons réussi à le faire contre Grenoble qui était un match d’apprentissage."

Et face à un adversaire du calibre de Valenciennes, les ouvriers ruthénois savent à quoi s’en tenir. Objectif fixé par le chef de chantier, gagner le rapport de force en deux ou trois zones du terrain. "Valenciennes est une équipe structurée, capable de se projeter de façon efficace vers l’avant ", prévient le responsable des opérations, qui se méfie toutefois de cette avancée plus que rapide. "Nous n’avons aucune garantie. Ça ne reste que sept points en trois matchs. Cela aide forcément pour travailler dans de meilleures conditions et avoir de la confiance. "

Jérémy Mouffok
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

262 €

A deux pas du centre ville de Rodez, dans un immeuble avec de faibles charg[...]

109500 €

Rare au Monastère ! Appartement T2 de 45 m² dans une résidence bien entrete[...]

318 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Entrée avec dégagement, cuis[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir