Des barrières anti-intrusion pour protéger la ville

  • Des barrières amovibles anti-intrusion qui vont remplacer les gros plots de béton.
    Des barrières amovibles anti-intrusion qui vont remplacer les gros plots de béton. Reproduction
Publié le

À petit conseil et ordre du jour allégé, nombreuses procurations pour cet avant-dernier de la mandature !

C’était mercredi soir le troisième et avant dernier conseil municipal du maire, Serge Roques, qui s’apprête à passer la main. À cette occasion, le menu des débats n’était pas très consistant, ce qui fait que certains élus n’avaient pas cru bon de se déplacer et avaient donné procuration. Les huit dossiers à l’ordre du jour ont d’ailleurs été tous adoptés à l’unanimité.

Néanmoins, on apprenait que la ville va bientôt se doter de barrières amovibles anti-intrusion destinées à remplacer les plots de béton dont la manutention est jugée difficile et beaucoup trop perturbante pour la circulation puisqu’elle nécessite des poids lourds pour les transporter, ce qui ne sera pas le cas avec ces nouveaux équipements.

C’est au salon des maires que Serge Roques a repéré cet outil décrit comme "barrière numéro un au monde". Ses caractéristiques, ses performances et son niveau de certification inégalé font de la Baava 156 Vl (nrdl : son nom technique) "la référence mondiale". Rien que ça ! Mais la référence mondiale à un coût ; 1 000 euros le mètre linéaire et la mairie en a commandé 10 mètres. "Ces barrières sont fabriquées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ", a précisé Serge Roques. Alors qu’elles ne sont même pas encore arrivées, elles sont déjà réservées pour la prochaine foire-exposition de Villefranche, du 23 au 27 avril prochain. "Il faudra mettre en place un protocole de prêt", a ajouté le maire, "car elles pourraient être utilisées tous les week-ends par des associations ".

Atelier Blanc

Autre dossier qui a suscité les réactions enthousiastes et favorables de tous les participants, le renouvellement de la convention pour l’Atelier Blanc jusqu’en 2022. Tout le monde, le premier édile en tête, a loué l’action du couple Villemagne qui, avec ce lieu de premier plan dédié à l’art contemporain, que ce soit sur les berges de l’Aveyron ou tout dernièrement en Bastide, contribue énormément à l’attractivité du territoire. "Nous sommes fiers de notre patrimoine historique moyenâgeux mais c’est complémentaire car des gens viennent de loin, à Villefranche, pour l’Atelier Blanc. En soutenant ce type d’action, on soutient l’avenir de notre ville", a déclaré Serge Roques.

De son côté, le conseiller départemental, Éric Cantournet, soulignait "la qualité du travail accompli par l’Atelier Blanc ".

Un lieu reconnu aussi par la Drac tout comme par la Région, ce que confirmait le conseiller régional Jean-Sébastien Orcibal, pour qui l’Atelier Blanc fait figure de "référence" et a vocation à être "renforcé ".

Une belle unanimité donc autour de la culture. Par ailleurs la convention qui lie la commune à la Caf a elle aussi été renouvelée jusqu’en 2023.

Enfin, l’Epareca, (établissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux) entre dans sa phase opérationnelle d’études juridiques et foncières des commerces du centre-ville.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

1250000 €

BIEN HISTORIQUE ! ANCIENNE BANQUE DE FRANCE.Immeuble de 1 300 m2 de bureaux[...]

296800 €

A mi-chemin entre Albi et Rodez (45'), chambre d'hôte-restaurant plein de c[...]

109000 €

Appartement de Type 2 de 45 m² au troisième et dernier étage d'un immeuble [...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir