Les Jardins Ouvriers des Clôts ont retrouvé toute leur effervescence

Abonnés
  • Lances à la main, pour "irriguer" les potagers.
    Lances à la main, pour "irriguer" les potagers.
  • La solidarité est de mise entre jardiniers et jardinières qui échangent leurs "combines".
    La solidarité est de mise entre jardiniers et jardinières qui échangent leurs "combines".
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Depuis le déconfinement, c’est-à-dire à partir du 11 mai dernier, les jardins des Clôts de Cransac ont retrouvé leur effervescence. Comme le disait lors d’un précédent article le président de l’association des Jardins Ouvriers des Clôts, Christian Huc, "les exigences du confinement, c’est-à-dire une heure maximum pour tous les locataires de parcelles qui demeurent à un kilomètre des Clôts, n’a pas permis à ces jardiniers de gérer leurs plantations comme ils l’auraient fait en temps normal. Je ne parle même pas des autres locataires extérieurs au rayon d’un kilomètre des Clôts qui, eux, n’ont absolument rien fait. Aujourd’hui, c’est reparti et bien reparti ! Et tous les jardiniers essayent de rattraper le temps perdu".

Jardinage se conjugue au féminin

Nous lui faisons remarquer qu’il semblerait que le jardinage se conjugue de plus en plus au féminin sur le site des Clôts.

"Nous avons une petite dizaine de féminines qui, bêches à la main, s’occupent de leurs potagers. Je ne parle pas des épouses ou compagnes de jardiniers qui viennent les épauler, mais de celles qui louent la parcelle et la travaillent. Pour terminer, sur les 74 parcelles que nous disposons, toutes sont prises".

Toutes les parcelles sont prises

Il faut dire que dans le prix de location de la parcelle, l’eau est comprise. L’eau, un élément important pour faire pousser les légumes et lors des créneaux d’arrosage, tous les jardiniers des Clôts sont à leurs lances pour "hydrater" la terre au pied de leurs légumes.

Des légumes de toutes sortes, pommes de terre, salades, haricots verts, tomates, melons, poivrons… Dont la croissance fait la fierté de leurs propriétaires, qu’ils soient jardiniers ou jardinières.

Production bio

Car ces dames maîtrisent parfaitement les techniques du jardinage et, comme la plupart l’assurent, "c’est une production bio, tous ceux qui ont une parcelle ici, savent ce qu’ils retrouvent dans leurs assiettes".

C’est effectivement vrai et vu, la demande de parcelles, c’est une démarche qui intéresse de plus en plus de personnes.

BRIGITTE LOURENCO
Voir les commentaires
L'immobilier à Cransac

190800 €

Home Patrimoine Immobilier vous propose une Maison de caractère type 6 comp[...]

73700 €

Maison de ville de presque 190m2 sur 3 étages avec garage et jardin La mais[...]

263000 €

Sur 4 ha attenants ( bois + prairies) ,corps de ferme comprenant grange rén[...]

Toutes les annonces immobilières de Cransac
Réagir