Internet très haut débit : l’Aveyron est en train de gagner son pari de la fibre

  • Sébastien David, le président du Sieda, en charge du dossier de la fibre dans le département.
    Sébastien David, le président du Sieda, en charge du dossier de la fibre dans le département.
Publié le , mis à jour

Un foyer aveyronnais sur trois est désormais éligible. Et le chantier sera terminé au premier semestre 2023.

Impossible de les manquer. Actuellement, environ 500 techniciens des sous-traitants d’Orange œuvrent un peu partout en Aveyron. Ils œuvrent au déploiement de la fibre sur tout le territoire. Depuis 2016, le Sieda (Syndicat d’énergies de l’Aveyron), en charge de la question du très haut débit en Aveyron, est partie prenante d’une alliance avec les départements du Lot et de la Lozère, appelée ALL’Fibre, qui s’est donné comme mission d’équiper tous les foyers aveyronnais. Car si Orange a accepté de fibrer, à ses frais, les communes de l’agglomération de Rodez et Millau, où l’opérateur estime qu’il arrivera à se rembourser sur les abonnements, pour le reste du territoire, où il est extrêmement coûteux de déployer la fibre pour une très faible densité de population, c’est bien les institutions qui ont pris la main. Le Sieda a choisi une forme de délégation de service public pour réaliser ce chantier, chiffré à 265 M€ sur l’ensemble du département. Orange prend en charge la quasi-totalité de la somme, contre une exclusivité de l’exploitation du réseau pendant 25 ans. Au bout de cette période, c’est le Sieda qui deviendra propriétaire des réseaux. Le reste de l’enveloppe, entre 40 et 60 M€, revient à la charge des collectivités (lire par ailleurs).

57 300

C’est le nombre de foyers actuellement en capacité de souscrire à une offre de fibre optique sur le territoire de l’Aveyron couvert par le réseau développé par le Sieda. Il s’agit d’environ un foyer sur trois puisque 155 000 habitations seront éligibles à la fin du chantier, en 2023.

Le schéma est connu et le premier foyer aveyronnais a été raccordé à la fibre en 2019. Le dernier devait l’être en décembre 2022, mais avec la crise sanitaire, le déploiement a pris un peu de retard. "Le Covid a perturbé les chantiers, confirme Sébastien David, conseiller départemental du canton de Saint-Affrique, et président du Sieda. Il y aura un retard de 4 à 6 mois." Et donc un raccordement total à l’été 2023. À cette date, l’Aveyron sera l’un des premiers départements de France 100 % fibré. Résultat d’un choix éclairé au lancement du dossier. "La loi obligeait à installer le très haut débit, rappelle Sébastien David. Mais il existe plusieurs technologies. La fibre optique est la plus rapide, mais ce n’est pas la seule." Quand les élus ont fait le choix de la fibre en 2016, ils ne savaient pas que quelques années plus tard, l’Etat allait l’imposer à l’ensemble du pays d’ici à 2025, entraînant des coûts supplémentaires pour les départements ayant pris une autre direction.

Un élément d’attractivité

Une situation qui réjouit fortement Sébastien David. Pour celui qui est aussi maire de Saint-Affrique, la fibre optique est désormais une véritable opportunité pour le territoire. "On ne s’en rend pas forcément vraiment compte, mais c’est un véritable sujet d’avenir, assure-t-il. Ce n’est pas pour rien que c’est le Sieda qui s’en occupe. On est sur une action similaire à l’électrification des campagnes aveyronnaises dans les années 1930." L’élu voit d’ailleurs ce nouveau réseau comme une réponse aux problématiques soulevées par la crise sanitaire. "C’est un élément d’attractivité supplémentaire pour l’Aveyron, assure-t-il. Le Covid a entraîné chez tous les actifs une nouvelle conception du travail avec le développement du home office (le travail à la maison, NDLR). Le télétravail, la visio et d’autres outils qui nécessitent le très haut débit se sont développés très vite. L’Aveyron est désormais équipé pour répondre à cette demande." Et le territoire dispose donc d’un argument supplémentaire pour répondre aux envies d’ailleurs des habitants des grandes métropoles.

La facture va être en partie allégée

Au moment de sceller le plan de financement du déploiement de la fibre, en 2016, le Sieda avait anticipé que les intercommunalités prennent en charge une partie de la facture à hauteur de 10 € par an et par habitant pendant maximum quinze ans. Le reste de la facture étant payé par l’Europe, la Région et le Département. "Finalement, le Département a décidé de maintenir son haut niveau de financement, annonce Sébastien David. Cela fait que pour la deuxième année consécutive, il n’y aura pas d’appel de fonds pour les intercommunalités. À titre d’exemple, pour la communauté de communes de Saint-Affrique, que je préside, cela représente une économie de 150 000 € par an."

 

Guilhem Richaud
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?