Aveyron : les salariés de la fonderie Sam dénoncent "le mépris" d'Agnès Pannier-Runacher

  • Les salariés ont publié un communiqué de presse, ce samedi midi.
    Les salariés ont publié un communiqué de presse, ce samedi midi. - José A. Torres
Publié le

Le syndicat CGT et les salariés de SAM n'ont que peu goûté les réponses d'Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, lors d'un entretien paru dans nos colonnes ce samedi.

"Quel mépris". Les salariés de SAM n'ont pas tardé à faire part de leur "stupéfaction" à la lecture des "propos" d'Agnès Pannier-Runacher, lors d'un entretien paru ce samedi matin dans Centre Presse Aveyron. "Une nouvelle fois au lendemain d’une mobilisation d’ampleur, elle tente de justifier son échec total sur le dossier de la SAM", indiquent en préambule les salariés et le syndicat CGT, dans un communiqué de presse.

"Quel mépris d’évoquer à quelques jours de noël, alors que les premières lettres de licenciement arrivent, qu’elle souhaite offrir aux femmes et aux hommes de cette entreprise « un emploi stable pour faire grandir leurs enfants en sérénité ». Quelle méconnaissance du dossier que d’affirmer que la majorité de l’activité de SAM est liée aux moteurs thermiques alors qu’au contraire la majorité de l’activité est tournée vers l’hybride et l’électrique", écrivent encore les salariés, qui occupent toujours leur usine après le placement en liquidation judiciaire de la fonderie, le 26 novembre par le tribunal de commerce de Toulouse. 

"C'est mal connaître l'histoire du bassin de Decazeville"

Lors de cet entretien, la ministre déléguée à l'Industrie a également annoncé "être en contact" avec "deux entreprises françaises" intéressées par une reprise du site ou une installation dans le bassin decazevillois. Sans en dévoiler davantage, "les discussions sont confidentielles", a ajouté Agnès Pannier-Runacher. Dans leur communiqué, les salariés se demandent pour leur part "quelle crédibilité accorder à un gouvernement et ses ministres qui affirment avoir identifié des opportunités de créations d’emplois sur le site de SAM alors qu’ils n’ont pas été en capacité d’imposer à la direction de Renault, alors qu’ils parlent de relocalisation tous les jours, de faire respecter ses engagements afin d’éviter que l’intégralité des pièces fabriquées chez SAM le soit désormais en Roumanie ou en Espagne. Preuve que la SAM est bien sur des marchés porteurs et d’avenir. Enfin c’est mal connaître l’histoire du bassin de Decazeville qui dans les années 90 à déjà connu les promesses non tenues de créations d’emplois, les chasseurs de prime, la construction de bâtiments restés désespérément vide et à charge des communes et des contribuables. Et puis chacun aura noté que les discussions avec des industriels pourraient se concrétiser au cours du prochain semestre. Mme Pannier Runnacher a donc la garantie qu’elle sera toujours ministre de l’industrie après les élections du mois d’avril pour faire respecter ses belles paroles ?"

Réunion ce lundi en présence de Bruno Le Maire

Agnès Pannier-Runacher ainsi que les syndicats devraient avoir l'occasion d'échanger directement ce lundi matin. Une réunion sur le dossier Sam et son avenir est prévue. Elle se tiendra à Bercy, en présence du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ainsi que de plusieurs élus locaux et la présidente de Région Occitanie, Carole Delga. Les représentants syndicaux de la SAM y participeront en visio. Et ils l'annoncent déjà en conclusion de leur communiqué de presse : "Lors de la réunion, nous ne nous contenterons pas de bla-bla mais bien d’engagements et de mesures exemplaires pour les salariés et le territoire. Nous, enfants du bassin nous nous souvenons des nombreuses trahisons et reniements de plusieurs gouvernements. Notre mémoire est intacte, nous n’oublions pas et nous n’oublierons pas ceux qui portent et porteront la responsabilité de ce massacre social. Plus que jamais la mobilisation va se poursuivre pour l’avenir de la SAM et du bassin !"

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
CRIC 12 Il y a 1 année Le 11/12/2021 à 16:42

Mais bien sûr !!!! Maintenant tous les industriels de France veulent venir s’installer à Viviez…..
Elle nous prend pour des lapins de 3 semaines. Encore des mensonges de politicards. Elle ne sera plus là cette pintade dans 6 mois

PISSADOU Il y a 1 année Le 11/12/2021 à 16:02

Soyez fort camarades !
Ne lâchez rien !!
Les Del Ga, Run Nacher et consorts ne sont rien. Ils sont de simples représentants du semblant de pouvoir qu'à le président.
Par contre, là où ils excellent, c'est pour donner, oui donner gracieusement et à foison, l'argent de nos impôts, (oui les nôtres, car eux en sont souvent exonérés) à beaucoup de société ou de grosses boîtes.
Et ce en toute âme et confiance.
Pour le reste, circulez, il n'y a rien à voir.
Soyez déterminés camarades !