Aveyron : une délégation de la Sam reçue à Bercy par Bruno Le Maire

Abonnés
  • Ghislaine Gistau, déléguée du personnel Sam, au milieu des manifestants à Paris Bercy.
    Ghislaine Gistau, déléguée du personnel Sam, au milieu des manifestants à Paris Bercy. D.G.
Publié le , mis à jour

Une partie des salariés de la Sam ont manifesté mercredi 12 janvier, devant le ministère de l'Economie à Paris. Bruno Le Maire, son locataire a accepté de recevoir une délégation composée de délégués du personnel, pour  "des avancées qui jusque-là n’étaient pas possibles" selon Ghislaine Gistau, " mais que de petits pas".

En ce 51e jour de l’occupation de l’usine de Viviez, quatre bus, remplis de salariés de la Société aveyronnaise de métallurgie, de militants CGT du Bassin et Villefranche-de-Rouergue, ainsi que de membres du collectif Tous ensemble de Decazeville, sont partis bien avant l’aurore mercredi 12 janvier (il était 4 h 30 du matin) afin de rallier le ministère de l’Économie à Bercy.

Attendus vers midi à Paris, mais retardés suite aux routes verglacées qu’ils ont dû franchir, ils ont été accueillis par de nombreuses délégations CGT venues de toute la France, mais aussi d’ouvriers de fonderies comme celle du Poitou.
Au total, près de 600 personnes déterminées se sont donc retrouvées sous les fenêtres du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Ce dernier a fini par accepter de recevoir une délégation composée de Ghislaine Gistau, Sébastien Lallier et Sandrine Dufraisne, délégués du personnel Sam.

Ghislaine Gistau : "La Sam n’est pas une friche industrielle"

Au sortir de cette entrevue, Ghislaine Gistau commentait : « Il y a des avancées qui jusque-là n’étaient pas possibles, mais ce ne sont que de petits pas donc rien de nature à ce qu’on évacue le site de l’usine. Avant, il n’y avait pas de possibilités de discuter avec Renault, aujourd’hui le Ministre nous a livré quelques éléments mais toutefois on reste prudents. Quant à la réindustrialisation du site, il n’y a pas de projets qui permettent de le redresser pour l’instant mais Bruno Le Maire a promis que ses équipes vont s’y employer ». Et de reprendre : « La réindustrialisation du Bassin est un projet qui devrait voit le jour rapidement. En tout cas, nous avons réitéré nos priorités : à savoir la réparation du préjudice de Renault et des Chinois de Jinjiang Sam et que ce site puisse justement vite redémarrer avec un projet. La Sam n’est pas une friche industrielle, il y a du potentiel, des compétences et un vrai savoir-faire ! »

A lire aussi : Aveyron : Mélenchon, Le Pen, Jadot... La fonderie Sam de Viviez s'invite dans le débat présidentiel

Assemblée générale ce jeudi

Ce jeudi se tiendra à nouveau une assemblée générale pour rendre compte aux salariés de la Sam restés sur site de ce déplacement et « même s’il y a une amorce de discussion, on ne validera jamais rien sans en avoir d’abord parlé aux salariés. Mais nos revendications sont loin d’être soldées », ajoute Ghislaine Gistau.
Les prochaines actions à venir ne sont pas encore définies mais, ce mercredi soir, dans les bus du retour, la fatigue n’était pas de mise.

« La recherche d’un repreneur industriel se poursuit »

Dans le même temps la préfecture faisait savoir qu’« à ce jour, il n’y a pas de repreneur industriel identifié pour le site de la Sam malgré un effort important de recherche et malgré la volonté partagée par l’État et la Région d’aider substantiellement d’éventuels projets de reprise. Les efforts de recherche vont continuer, notamment grâce à Business France et son réseau mondial. De nombreuses entreprises du Bassin sont en recherche de main-d’œuvre immédiate. Un grand nombre de postes sont à pourvoir immédiatement dans un rayon de 20 km autour de Decazeville. Les sociétés de la Mécanic Vallée du bassin d’emplois proposent d’ores et déjà 130 postes et d’autres seront proposés en 2022 ». D’autres pistes sont également évoquées : « Toutes les formations nécessaires seront mises en place pour que, tout de suite ou à court terme, tous les employés de la Sam puissent recevoir une offre d’emploi réaliste et conforme à leurs compétences. Pour accélérer le reclassement du personnel de la Sam et aider les entreprises locales à se développer, les services de l’État et Pôle Emploi, en collaboration avec Mecanic Vallée, organiseront des rencontres entre les entreprises et les salariés de la Sam ; ceux-ci auront déjà tous eu un contact individuel avec un conseiller d’ici fin janvier en vue de définir leur nouvelle orientation professionnelle, d’identifier leurs compétences et de leur présenter des postes à pourvoir susceptibles de correspondre à leur profil. Le suivi individuel des reclassements du personnel de la Sam permettra également d’orienter ceux qui le souhaitent vers des programmes d’aide à la mobilité. »
Enfin, comme visiblement aucune piste ne veut être délaissée : « Des projets d’investissement susceptibles de bénéficier d’aides publiques ont été identifiés pour un potentiel estimé de 200 emplois à horizon de trois ans. De premiers projets d’investissements, permettant de créer au moins 65 emplois d’ici deux ans, pourraient être confirmés au cours du premier trimestre. Un nouveau point d’étape sera effectué d’ici début février, tant sur les sujets de réindustrialisation que de reclassement des personnels. La collaboration constructive entre tous les acteurs du territoire, notamment la Région et l’État, est à souligner, et tout sera mis en œuvre pour que les anciens employés de la Sam puissent bénéficier des opportunités de reclassement et de formation. » La présidente de la Région, Carole Delga, a de son côté hier réitéré son entier soutien aux salariés.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Marie-Christine Bessou
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

69000 €

Proche école et commerces, Maison T3 rénovée avec terrasse couverte, cour e[...]

96500 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
caussi12 Il y a 4 mois Le 13/01/2022 à 06:25

Il y a des politiques qui sont gonflés !Jadot vient soutenir les SAM !
s'ils sont dans cette situation c'est bien à cause des raisonnements des écologistes qui condamnent le moteur à explosion !