Deux ans de Covid à l'université: le big-bang du distanciel et des inégalités accrues

  • La pandémie de Covid-19 a bouleversé depuis deux ans les universités dans le monde, les forçant à accroître leur recours au numérique.
    La pandémie de Covid-19 a bouleversé depuis deux ans les universités dans le monde, les forçant à accroître leur recours au numérique. insta_photos / Shutterstock
Publié le

(AFP) - La pandémie de Covid-19 a bouleversé depuis deux ans les universités dans le monde, les forçant à accroître leur recours au numérique, mais avec des situations différenciées entre régions et des inégalités accrues entre étudiants.

"Le gros changement observé durant la pandémie, c'est clairement la fermeture généralisée des campus au niveau international et une transition vers l'enseignement à distance, avec une grande hétérogénéité dans les réponses apportées et les niveaux de préparation", a expliqué à l'AFP Mathias Bouckaert, analyste à l'OCDE et spécialiste des questions universitaires.

"Dans certains pays, l'enseignement en ligne était déjà pratiqué, comme au Canada où les hivers rigoureux rendent parfois les déplacements impossibles. Dans d'autres pays comme la Turquie, où les lois imposaient un niveau important d'enseignement en présentiel, ces pratiques étaient beaucoup moins familières", poursuit-il.

Le Covid-19, qui a entraîné la fermeture des universités en mars 2020 dans la plupart des pays, avec un recours à l'enseignement à distance puis souvent à des formes hybrides (présentiel et distanciel), a eu "un impact varié selon les régions et le niveau de revenu", avec des pays d'Europe et d'Amérique du Nord "mieux à même de faire face aux perturbations", souligne également un rapport de l'Unesco publié début 2021.

C'est le cas aux Etats-Unis, où l'inscription d'étudiants dans des programmes à distance avait déjà augmenté de 29% entre 2012 et 2018. Selon des statistiques nationales, 16% des étudiants y étudiaient exclusivement en ligne fin 2018.

Dans ce pays, où la plupart des universités ont fermé de mars 2020 à août 2021, la pandémie a cependant affecté le nombre d'étudiants - 17 millions d'inscrits cette année, un million de moins qu'en 2019 -, et surtout celui d'étudiants internationaux, dont les effectifs ont baissé de 17% entre 2019 et 2021, selon le centre de recherches National Student Clearinghouse.

- "où sont les installations?" -

"De manière générale, les universités qui avaient des étudiants internationaux ont été très impactées par la digitalisation", résume Mathias Bouckaert, citant par exemple le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou l'Australie.

Au Canada, où les étudiants étrangers peuvent représenter jusqu'à 30% du total, les restrictions liées à la pandémie ont aussi compliqué l'accès aux universités.

Dans ce pays, avec l'apparition d'Omicron depuis janvier au Québec et en Ontario, toutes les universités - qui proposaient pour la plupart un enseignement hybride - ont de nouveau dû fermer complètement pour quelques semaines.

Mais l'enseignement en ligne semble y avoir plutôt bien fonctionné. D'après une étude de 2021 menée par le Consortium canadien de recherche sur les étudiants auprès de 13.000 d'entre eux, "environ les deux-tiers ont déclaré être satisfaits de l'instruction reçue en ligne".

C'est nettement moins le cas dans d'autres régions du monde, comme en Afrique.

Au Kenya, l'accès à internet ou à des ordinateurs reste un problème majeur. "Nous sommes très mal équipés", explique Masibo Lumala, maître de conférences à l'université Moi (ouest). "Nous avons les compétences pour enseigner en ligne, la plupart d'entre nous ayant suivi des formations, mais où sont les installations?".

Phylis Maina, étudiante en chirurgie dentaire à l'université de Nairobi, regrette, elle aussi, la mauvaise qualité des connexions internet. Elle déplore également que "les interactions sociales entre les professeurs et les étudiants (...) aient disparu".

- "inégalités exacerbées" -

Car la pandémie n'a pas seulement bouleversé les apprentissages pour les jeunes: elle les a aussi privés de la vie étudiante, avec des répercussions psychologiques importantes pour certains, et un accroissement des inégalités.

"Mes parents n'ont dit que la fac, c'était des années où on faisait des rencontres pour la vie, je ne ressens pas ça", résume à l'AFP Emil Kunz, 22 ans, étudiant en agronomie à Berlin.

En Allemagne, où la plupart des universités sont encore largement en distanciel, pour les jeunes restés chez leurs parents, "l'école est finie, mais la vie d'adulte ne peut pas commencer", explique Klaus Hurrelmann, chercheur en éducation à la Hertie School de Berlin, pour qui "la pandémie façonnera probablement cette cohorte d'étudiants pour la vie".

"De manière générale, il y a eu un impact sur la santé mentale. L'isolement et les confinements ont été compliqués", souligne Mathias Bouckaert. La pandémie a aussi "exacerbé les inégalités déjà en place", ajoute-t-il, "les étudiants les moins favorisés s'étant retrouvés encore plus en difficulté", notamment ceux avec des enfants à charge ou sans ordinateur.

En France, les étudiants, qui ont fait leur retour dans les facs en septembre, ont aussi été durement éprouvés. "Il y a eu une forte demande pour revenir en présentiel", indique Raphaëlle Laignoux, vice-présidente chargée de la vie étudiante à l'université Paris I Sorbonne.

Dans cette université, où ont été mises en place en 2020 des aides alimentaires ou des aides à la connexion pour les étudiants, sous forme de prêt d'ordinateurs notamment, "la plupart de nos étudiants sont maintenant équipés", poursuit-elle. "C'est plus sur les conditions sociales - dans quel lieu se trouve-t-on, comment se nourrit-on - que des inégalités persistent".

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?