Handball : un match au sommet pour les Rocettes

Abonnés
  • Amélie Fixes et ses coéquipières comptent bien conserver leur première place.
    Amélie Fixes et ses coéquipières comptent bien conserver leur première place. Jean-Louis Bories
Publié le

Premières de leur poule, les Ruthéno-Castonétoises se déplacent chez leurs dauphines de Pechbonnieu, samedi 5 février (21 heures).

Une semaine après leur plus large victoire de la saison à Castanet (34-17), c’est un week-end important qui attend les Rocettes, "extrêmement important même", ajoute Milenko Kojic, leur entraîneur. Elles qui mènent leur poule de Nationale 3 depuis la troisième journée de championnat, c’est-à-dire depuis début octobre, se déplacent sur le parquet de leurs dauphines, Pechbonnieu, samedi 5 février. Une rencontre au sommet lors de laquelle les Ruthéno-Castonétoises pourront confirmer leur bon état de forme.

Lors du match aller, les Haut-Garonnaises avaient donné du fil à retordre aux Aveyronnaises et leur avaient infligé leur première défaite de la saison, le 13 novembre. "C’est une équipe compliquée à jouer, et ce jour-là, on avait quatre – cinq blessées mais ça n’explique pas tout, assure le technicien. Cette semaine on a particulièrement travaillé le domaine défensif, où on a eu de la difficulté au match aller."

Encore trois matches à jouer

Les deux équipes se talonnent depuis le début du championnat, et ce n’est pas l’approche de la prochaine phase de la compétition qui va faire retomber l’effervescence. En comptant celle d’aujourd’hui, il ne reste plus que deux journées avant la fin de la phase actuelle. Et les Rocettes doivent figurer parmi les deux premières pour accéder à la poule haute et jouer la montée en N2.

Cependant, l’entente Rodez-Onet n’aura pas terminé tous ses matches le 12 février comme le prévoyait le calendrier. Car elles joueront leur rencontre de 11e journée en retard contre Lattes le 19 février, à la maison. Plusieurs formations de N3 sont dans la même situation, dont Pechbonnieu, qui pointe à quatre longueurs derrière les Rocettes au classement et qui a deux matches en retard. La dernière ligne droite de cette phase s’annonce musclée. Milenko Kojic le confirme : "Il faut encore gagner mais surtout y aller par palier."

Du côté de l’effectif, les huit joueuses qui ont contracté le Covid-19 en début d’année sont rétablies. Et Yelena Calmes, blessée depuis plusieurs mois, a repris l’entraînement. Un renfort supplémentaire pour les Rocettes, qui devront jouer sans une de leurs cadres, Amélie Douat, qui est blessée.

Les garçons du Roc (Nationale 2) devaient quant à eux reprendre le championnat ce 5 février, après deux mois sans jouer. Mais ils devront encore attendre car leur match contre Bègles a été reporté à cause de cas de Covid-19 dans l'équipe adverse

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?