Mort de Morgan Keane : le chasseur aveyronnais et le directeur de la battue seront jugés à Cahors

  • Morgan avait été "pris pour un sanglier".
    Morgan avait été "pris pour un sanglier". Illusttration CP
Publié le , mis à jour

Le jeune de 25 ans né à Villefranche-de-Rouergue a été victime d'un accident de chasse dans le Lot, le 2 décembre 2020, tué par un chasseur habitant Montbazens.
 

Le soir du 2 décembre 2020, à Calvignac dans le Lot, Morgan Keane, 25 ans, né à Villefranche-de-Rouergue, était en train de couper du bois avec son frère Rowan lorsqu'il a été abattu par une balle perdue, "pris pour un sanglier". Un accident de chasse provoqué par un chasseur habitant Montbazens (Aveyron), lors d'une battue.

Un nouvel et tragique accident de chasse qui avait provoqué l'émoi dans la région, jusqu'au niveau national et devant les élus, un an après la mort du jeune homme.

Depuis, pas grand-chose n'a changé au niveau législatif, la mission sénatoriale ne devant rendre ses conclussions qu'à l'été 2022. Entretemps, en février 2022, une jeune Aveyronnaise, Mélodie Cauffet, 25 ans elle aussi, est décédée à son tour dans le Cantal, victime d'une jeune chasseuse de 17 ans...

Procès à Cahors en 2022, avec le chasseur avec le directeur de la battue

Quant au procès concernant l'affaire Morgan Keane, il doit se tenir cette année, devant le tribunal correctionnel de Cahors (Lot). La date n'est pas encore fixée. Seront jugés non seulement le chasseur montbazinois qui a tué le jeune homme, mais aussi le directeur de la battue organisée par la Diane cajarcoise, fait savoir La Dépêche du Midi. D'après Me Benoît Coussy, l'avocat de la partie civile représentant Rowan, le frère de Morgan, les deux hommes seront jugés pour "délit d'homicide involontaire en action de chasse, infraction de déplacement interdit en véhicule à moteur d'un poste de tir à un autre, non-respect des prescriptions du schéma département de gestion cynégétique relatives à la sécurité des chasseurs et des non-chasseurs". 

Et l'avocat de poursuivre dans un communiqué : "Les chasseurs ont continué à chasser depuis l’homicide autour de la maison de Rowan". Remonté, l'avocat conteste la thèse de l'accident : "Un accident c’est un évènement qui survient de manière inopinée. Il n’y a pas de caractère fortuit dans la chasse. Si on décide de tirer, c’est un choix fort qui se fait de manière encadrée", résume-t-il.
Il en appelle par ailleurs à la responsabilité de l'Etat : "Un préfet peut-il autoriser à déroger à des règles, puisqu’il était interdit de chasser en période de Covid, sans prendre des mesures compensatoires ou accentuer les contrôles ?".

Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

46000 €

Terrain constructible de 3622 m², calme avec une vue dégagé à 5 minutes de [...]

76500 €

Dans un quartier résidentiel à quelques minutes à pied du centre-ville,Empl[...]

53250 €

T2 situé au premier étage d'un bel immeuble à colombages. L'appartement a é[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
filochard Il y a 2 mois Le 18/06/2022 à 23:15

À réécouter "la chasse " de Henry Tachan, une très bonne chanson.

sxdcfgvybhunjik Il y a 2 mois Le 18/06/2022 à 19:15

La photo d'illustration est particulièrement choquante. Vous aussi, vous confondez Morgan Keane avec un sanglier ?