Attaque au couteau à Paris : l'assaillant avait prêté allégeance à l'Etat islamique, ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur de la République

  • L'attaque s'est déroulée quartier Bir-Hakeim à Paris.
    L'attaque s'est déroulée quartier Bir-Hakeim à Paris. MAXPPP - YOAN VALAT
Publié le , mis à jour
Laurent Roustan avec Reuters

L'attaque qui a fait un mort et deux blessés à Paris dans la soirée de samedi 2 décembre 2023, a été perpétré par un individu fiché S et "instable".
 

L'auteur de l'attaque qui a fait un mort, un touriste allemand, ce samedi 2 décembre en soirée à Paris, près de la Tour Eiffel, avait enregistré une vidéo dans laquelle il prêtait allégeance à l'Etat islamique, a déclaré ce  dimanche lors d'une conférence de presse le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard. Mise en ligne sur son compte X, cette vidéo avait rejoint "de nombreuses publications sur le Hamas, Gaza et plus généralement la Palestine".

Le procureur a déclaré que le suspect a "a assené deux coups de marteau et quatre coups de couteau" à la victime décédée.

Attaque à Paris: l'assaillant "a assené deux coups de marteau et quatre coups de couteau" à la victime décédée, affirme Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste pic.twitter.com/rEYrxkikxL

— BFMTV (@BFMTV) December 3, 2023

L'assaillant, 26 ans, avait déjà été condamné

L'homme de 26 ans, qui a été maîtrisé par les policiers, avait été condamné par le passé (en 2016) à cinq ans de prison et présentait des troubles psychiatriques, a également déclaré le procureur devant la presse.  Il avait été soumis à une injonction de soins en 2020, a-t-il précisé, une injonction qui devait se poursuivre "jusqu'à la fin de la mise à l'épreuve, le 26 avril 2023".

"Une injonction de soins" réclamée

Gérald Darmanin a réclamé, ce dimanche 3 décembre 2023 soir que les autorités "puissent demander une injonction de soins" pour une personne radicalisée suivie pour troubles psychiatriques afin de prévenir des passages à l'acte comme celui de l'assaillant du pont Bir Hakeim. Le ministre de l'Intérieur s'exprimait sur TF1 à l'issue d'une réunion à Matignon consacrée à la sécurité après cette attaque au couteau samedi soir qui a coûté la vie à un touriste germano-philippin et blessé un Britannique et un Français.

Sa mère avait signalé ses inquiétudes

La mère de l'islamiste radical avait signalé fin octobre son inquiétude sur le comportement de son fils, a indiqué dimanche le procureur anti-terroriste. La mère de l'assaillant, un Franco-Iranien de 26 ans, avait fait remonter aux autorités qu'elle s'inquiétait pour son fils qui "se repliait sur lui-même", a rapporté en conférence de presse Jean-François Ricard.

Attaque à Paris: en octobre dernier, la mère de l'assaillant avait signalé son inquiétude aux autorités pic.twitter.com/eGkywmhxNf

— BFMTV (@BFMTV) December 3, 2023

Fiché pour radicalisation islamiste

Armand Rajabpour-Miyandoab était fiché pour radicalisation islamiste (FSPRT) après avoir été condamné à cinq ans de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme, à la suite d'un projet d'action violente en 2016 dans le quartier d'affaires de la Défense, dans l'ouest de Paris.

Attaque à Paris: le suspect est issu d'une famille "sans aucun engagement religieux" et "s'était converti à l'islam à l'âge de 18 ans"

\u27a1 Au printemps 2016, il avait projeté de rejoindre Daesh en zone irako-syrienne pic.twitter.com/fLXi7lhT6C

— BFMTV (@BFMTV) December 3, 2023

Une vidéo enregistrée 

L'auteur de l'attaque avait enregistré une vidéo avant de passer à l'acte dans laquelle il prêtait allégeance à l'Etat islamique, a déclaré dimanche le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard.

Attaque à Paris: dans sa vidéo de revendication, l'assaillant porte allégeance au groupe terroriste État islamique pic.twitter.com/VtWqly3B0F

— BFMTV (@BFMTV) December 3, 2023

L'homme de 26 ans né à Neuilly (Hauts-de-Seine) en 1997 avait été condamné par le passé à cinq ans de prison et présentait des troubles psychiatriques, a également déclaré le procureur devant la presse.

Trois personnes dans l'entourage de l'auteur en garde à vue

Une enquête a été ouverte des chefs "d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation de crimes d'atteintes aux personnes", a-t-il également précisé.

Les investigations ont été confiées à la police judiciaire de Paris et la Direction générale de la Sécurité intérieure Outre l'assaillant, trois personnes "appartenant à la famille ou à l'entourage de l'auteur" étaient toujours en garde à vue dimanche soir, a dit Jean-François Ricard. 

Attaque à Paris: l'enquête est ouverte pour "assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation de crimes d'atteinte aux personnes" pic.twitter.com/F35HQPq8g2

— BFMTV (@BFMTV) December 3, 2023
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
JAPA12 Il y a 3 mois Le 04/12/2023 à 09:13

Notre société évolue à grande vitesse, sa législation napoléonienne ou de1945 se doit de suivre pour protéger ses ressortissants. Dans la situation présente les experts judiciaires, pénitentiaires, psy, reçoivent une indemnisation (normal) mais il doivent accepter la responsabilité qui en découle. Si le mis en cause peut s'épanouir dans cette société alors il est responsable de ses actes, sinon c'est l'auteur de l'expertise qui doit assumer de son travail devant la justice.