"Chaque jour, nos camions-magasins parcourent en moyenne 140 km par jour" : Banquiz, le garde-manger polaire qui nourrit le monde rural

Abonnés
  • L’Aveyronnais Paul Delbes (notre photo) est l’un des trois associés avec le PDG Jérôme Fourest et le directeur adjoint  Yoann Wojnarowicz.
    L’Aveyronnais Paul Delbes (notre photo) est l’un des trois associés avec le PDG Jérôme Fourest et le directeur adjoint Yoann Wojnarowicz. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
Publié le

L’entreprise Banquiz dont le siège social est basé à Calmont est spécialisée dans la vente et la livraison de surgelés à domicile. Elle mise, en autres, sur les produits régionaux pour se démarquer.

Les produits surgelés ont le vent en poupe. Encore plus depuis la crise sanitaire du Covid-19 et les confinements successifs dont ils sont sortis vainqueurs. De l’apéritif au dessert, pour une utilisation rapide, pour un repas élaboré ou pour constituer des réserves, les atouts des surgelés ont fait leur preuve.

Les surgelés, nouvel Eldorado

La mise en place du télétravail, la hausse du prêt à consommer, l’essor des services à domicile, la migration des villes vers les campagnes, sont autant de critères qui expliquent l’engouement pour le garde-manger polaire.

Vingt ans en 2024

En Aveyron, voilà bientôt vingt ans que Banquiz s’invite à la table de la ruralité. Et le spécialiste aveyronnais de la vente et de la livraison de produits surgelés à domicile, en milieu rural, n’a rien à envier à ses concurrents urbains, directs et leaders sur le marché national avec qui, Banquiz, a partagé le 29 novembre l’affiche dans l’émission de M6, "Un jour, un doc" à l’approche des fêtes de fin d’année.

"Nous sommes un camion-magasin"

"On propose des choses différentes. Derrière, il y a des hommes, des femmes, un territoire", insiste Yoann Wojnarowicz. "On a une façon de travailler assez unique car nous sommes un camion-magasin comme c’était le cas autrefois avec le boulanger qui passait dans les villages", vante le directeur adjoint. Autre atout maître avancé par le chef d’entreprise, la proximité. "On essaye de ne pas travailler comme les industriels ou les grandes surfaces, mais de privilégier les produits locaux, artisanaux." Pour exemple, pour la partie traiteur, Banquiz travaille avec un professionnel d’Espalion.

L’entreprise dispose d’une flotte de 35 camions-magasins.
L’entreprise dispose d’une flotte de 35 camions-magasins. Centre Presse Aveyron - José A. Torres

"On essaye de privilégier les produits locaux, artisanaux"

"Toutes nos viandes viennent soit du Massif central, soit du département : le bœuf d’Aubrac, l’agneau allaiton de l’Aveyron, l’agneau IGP du Quercy, le veau du Ségala et de l’Aveyron, etc. On travaille également avec un éleveur d’escargots dont la société, L’escargot des Sarradelles, est installée à Flavin. Thierry Ollitrault réalise notamment nos mini-feuilletés. Nos escargots, ils sont Aveyronnais, ils ne viennent pas de l’étranger. Les plats cuisinés comme le hachis parmentier de bœuf, les cassoulets, les tripous viennent de chez les traiteurs du Rouergue. L’aligot, c’est Jeune montagne, etc."

Proximité, terroir et service, la recette du succès

Yoann Wojnarowicz va encore plus loin. Au-delà du camion qui va à domicile, c’est tout un lien social que développent et entretiennent les 52 salariés avec les clients. "Chaque jour, nos chauffeurs parcourent en moyenne 140 km. Entre trente et cinquante clients sont visités quotidiennement ! On n’est pas en ville. On va à la campagne, on rencontre des gens un peu isolés qui ne voient pas grand monde passer. Le vendeur, il connaît ses clients, ses goûts. Il a un vrai rôle de conseil, de confiance et de partage. Et de service également."

"Le vendeur, un lien social et un rôle de conseil"

Forte de 20 000 clients, cette recette à succès va permettre à l’entreprise de souffler ses vingt bougies en janvier 2024. "On croit beaucoup en ce système car il rapproche les gens. On a une personne en face avec qui on parle. C’est le commerçant qui vient à vous." Créée en 2004 par trois anciens salariés d’Agrigel, la société Primogel plus connue au travers de sa marque Banquiz, a donc fondé son modèle économique sur la vente et la livraison à la maison.

Banquiz dispose de 20 000 clients.
Banquiz dispose de 20 000 clients. Centre Presse Aveyron - José A. Torres

Trois associés

"Lorsqu’Agrigel a décidé de passer à la télévente, trois hommes ont décidé de monter Banquiz pour poursuivre le concept du camion-magasin. Et ils ne l’ont jamais abandonné." Depuis décembre 2021, Banquiz a été reprise par Jérôme Fourest. L’entreprise est codirigée aujourd’hui par trois associés : Jérôme Fourest, le PDG, Yoann Wojnarowicz, le directeur adjoint et Paul Delbes (l’Aveyronnais de l’étape), directeur de logistique et de site. Concrètement, les trente-cinq véhicules qui composent la flotte de Banquiz sillonnent les routes pour assurer une visite mensuelle au domicile de chaque client.

Un vaste territoire en grande majorité rural

Cet acteur régional, dont le siège est implanté à Calmont, près de Rodez, quadrille un vaste territoire, en grande majorité rural. Celui-ci s’étend de l’Aveyron à la Lozère en passant par le Cantal, la Corrèze, le Puy-de-Dôme, la Creuse et la Haute-Vienne. "à la campagne, les gens n’ont pas peur du surgelé. Ce qu’il faut, c’est leur proposer des surgelés de qualité. On ne peut pas tout avoir en Aveyron mais on travaille à ce moment-là avec d’autres régions de France comme la Bretagne."

Bientôt de nouveaux camions-magasins

Banquiz est aujourd’hui en pleine expansion. "On a "ouvert" quatre camions cette année. On en prévoit quatre autres l’année prochaine." Les fêtes de Noël, qui approchent à grands pas, sont l’une des trois périodes fastes pour l’entreprise aveyronnaise, qui est déjà sur le pont depuis plusieurs mois, pour faire fondre les papilles de sa clientèle. "On rentre cinquante produits en plus du catalogue classique rien que pour cette période."

Noël, Pâques et l'été, des périodes fortes

Autre temps fort dans le calendrier pour Banquiz, "Pâques avec l’agneau et les chocolats. Dans les campagnes, on continue de se retrouver en famille, avec les enfants et les petits-enfants. Enfin, l’été, avec juin et juillet qui sont également des périodes de grosse consommation avec les glaces".

Malgré l’inflation et la hausse du coût des matières premières, chez Banquiz, les surgelés à domicile et l’amour pour les filières de proximité ne sont pas prêts de fondre comme neige au soleil.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
RienCompris Il y a 2 mois Le 08/12/2023 à 09:22

Nous ne prenons que certaines promos et encore pas toutes car tous ces produits sont hors de prix.

RienCompris Il y a 2 mois Le 06/12/2023 à 09:10

Le surgelé, pas terrible.