Agriculteurs en colère : paysans face aux agro-industriels, deux visions opposées pour une même galère ?

  • Une manifestation de la Conf' pour une "agriculture plus verte"
    Une manifestation de la Conf' pour une "agriculture plus verte" Facebook - Confédération paysanne 35
Publié le

La Confédération paysanne a mené une action ce vendredi 9 février au siège du groupe agro-indutriel Avril, dont le chef de la FNSEA, Arnaud Rousseau, est le président du conseil d'administration.

Tout les oppose, mais ils se retrouvent aujourd'hui dans la même situation. D'un côté la Confédération paysanne, adapte d'exploitations agricoles à taille humaine et sans pesticides, de l'autre la FNSEA, plutôt pro-pesticides, mais aux adhérents de toutes tailles et de touts horizons.

Rien ne les oppose dans la galère donc, mais le logiciel n'est pas le même d'un côté ou de l'autre quand il s'agit d'exposer les solutions pour s'en sortir.

Une action symbolique

Ce vendredi 9 février, la Confédération paysanne est allée manifester devant le siège social du groupe agro-industriel Avril à Bruz, près de Rennes. "L’objectif est de dénoncer le trop faible revenu paysan face à celui des industriels", indique l'un des manifestants à Actu.fr.

Mais le groupe Avril, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 9 milliards d'euros en 2022, est dirigé par Arnaud Rousseau, l'acutel dirigeant de la FNSEA, élu en avril 2023, qui s'il rejette le qualificatif de "productiviste" à son égard, s'est prononcé pour les OGM et les semences enrobées de néonicotinoïdes, les retenues de substitution d'eau, et l'utilisation "raisonnée" des pesticides.

Pour la Conf', le groupe Avril est "un système agro-industriel qui détruit la paysannerie en favorisant des fermes toujours plus grandes avec des revenus élevés seulement pour quelques uns, et mettant en concurrence entre eux les paysan-nes du monde entier".

Le syndicat paysan continue de mener des actions après la levée des blocages des axes routiers et différentes autres actions initialement menées par différentes fédérations départementales de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs. La Confédération paysanne ne marque donc pas une pause dans ses actions, pause prévue jusqu'en juin, où les agriculteurs espèrent que les promesses du gouvernement aient commencé à être appliquées.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Milsabords Il y a 12 jours Le 09/02/2024 à 22:08

Ils ont raison, l'État et l'Europe ont donné à l'agro-industrie et à la FNSEA un blanc seing pour, à terme tous nous empoisonner à petit feu . Une commission d'enquête européenne indépendante pour savoir comment ce lobby a pu aussi facilement avoir gain de cause et enlever cette décision inique serait la bienvenue ...

Anonyme9360 Il y a 11 jours Le 10/02/2024 à 13:12

comme d habitude,la confederation a toujours un temps de retard! on ne les a pratiquement pas vu pendant les manifs mais ils ne sont pas d accord avec les avancees obtenues.et comme toujours,ils se trompent de cible:la fnsea,cen est pas uniquement son president,c est55% des agriculteurs de toutes les regions et qui representent toutes les productions.pour rappel la conf represente moins de 20% des agriculteurs.